1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Affaire Grégory : Marcel et Jacqueline Jacob mis en examen
2 min de lecture

Affaire Grégory : Marcel et Jacqueline Jacob mis en examen

Le grand-oncle et la grand-tante de l'enfant sont inculpés, trente-deux ans après les faits.

Des gendarmes en faction devant la cour d'appel de Dijon
Des gendarmes en faction devant la cour d'appel de Dijon
Crédit : PHILIPPE DESMAZES / AFP
Affaire Grégory pourquoi Marcel et Jacqueline Jacob mis en examen
01:38
Affaire Grégory : mise en examen pour "séquestration" requise contre Marcel Jacob
02:07
Julien Absalon
Julien Absalon

Trente-deux ans après la mort de Grégory Villemin, dont le corps sans vie a été retrouvé le 16 octobre 1984, le juge d'instruction a prononcé vendredi 16 juin la mise en examen Marcel Jacob et Jacqueline Jacob, conformément aux réquisitions du parquet général. Le couple est poursuivi pour enlèvement et séquestration suivie de mort. Le grand-oncle et la grand-tante de l'enfant avaient été placés deux jours auparavant en garde à vue. Ils nient les faits.

Les deux suspects ont été placés en détention provisoire. Une belle-soeur du père de Grégory, Ginette Villemin, avait aussi été placée en garde à vue avant d'être remise en liberté. Les grands-parents paternels de l'enfant ont eux été entendus comme témoins à leur domicile dans les Vosges.

Le commandant des gendarmes qui mènent l'enquête sur l'affaire Grégory ne peut pas "promettre" que l'énigme qui dure depuis 32 ans sera résolue, mais estime cependant avoir "avancé significativement" après la mise en examen du couple Jacob.

L'avocat de Marcel Jacob estime qu'il est "criminel de jeter en pâture le nom d'un couple" alors qu'il n'existe, selon lui, "aucun élément matériel" à leur encontre. "On a mis la charrue avant les bœufs", a dénoncé Me Stéphane Giuranna devant la presse, au sortir du palais de justice de Dijon, précisant qu'il allait rapidement demander "la nullité de la mise en examen" de son client qui aurait dû seulement être placé sous le statut de témoin assisté, d'après lui.

Sont-ils les corbeaux ?

À écouter aussi

Selon le procureur Jean-Jacques Bosc, les éléments de l'enquête montrent que la mort de l'enfant relève d'un "acte collectif" auquel le couple Jacob aurait pris part. Il s'appuie notamment sur les analyses des lettres et écrits anonymes envoyés par les deux corbeaux, simplement identifiés comme étant une femme et un homme. "Il y a une concordance entre le contenu des appels et le contenu des écrits, ce qui prouve une proximité", précise le magistrat. "S'agissant de ce couple, il apparaît que la localisation des auteurs de ces nombreux appels téléphoniques anonymes n'a jamais été contredite par un quelconque alibi de leur part ou une quelconque impossibilité matérielle de les passer", poursuit-il.

En outre, Marcel Jacob "dissimule contre l'évidence ses antagonismes parfois violents avec les parents de Grégory, ce qui rend ses déclarations peu crédibles", ajoute le procureur. 

Marcel Jacob et Michel Villemin, frère de Jean-Marie et défunt époux de Ginette, étaient très liés à Bernard Laroche, premier suspect de l'affaire, libéré puis tué en 1985 par Jean-Marie Villemin, son cousin. Et c'est le "clan Laroche" qui se retrouve de nouveau au centre de l'enquête, relancée par l'analyse graphologique des lettres de menaces et autres courriers anonymes qui foisonnent dans le dossier, à défaut d'analyses ADN probantes.

Les expertises sur une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée en 1983 au père de Grégory, orientent les soupçons sur Jacqueline Jacob. Dans le passé, les enquêteurs s'étaient aussi penchés à de nombreuses reprises sur un mystérieux "corbeau" ayant revendiqué le meurtre de l'enfant, en invoquant une "vengeance" dans une lettre postée apparemment avant la découverte du corps, en 1984. Si les expertises n'ont pas permis d'en identifier l'auteur, la justice constate "une similitude importante des termes" utilisés dans ce document et dans la lettre de 1983. Marcel Jacob a déjà été soupçonné, durant la procédure, d'avoir endossé le rôle du "corbeau", d'autant que l'incertitude planait sur son emploi du temps au moment du meurtre, mais il n'avait jamais été inquiété jusque-là.

À regarder

Affaire Grégory : qui sont les protagonistes ?
01:47
La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/