1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. 31 % des sortants de prison en 2016 ont récidivé dans les douze mois
2 min de lecture

31 % des sortants de prison en 2016 ont récidivé dans les douze mois

VUE DANS LA PRESSE - Une étude menée par deux salariées du ministère de la Justice s'est intéressée aux sortants de prison en 2016 dont 31% ont à nouveau été condamnés rapidement.

Un surveillant de prison (illustration).
Un surveillant de prison (illustration).
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Julien Vattaire

La récidive des sortants de prison est un vif sujet dans le débat public. Mais, les données chiffrées à ce sujet sont rares. Publiée le 29 janvier, une étude intitulée "Mesurer et comprendre les déterminants de la récidive des sortants de prison" vient y apporter un premier éclairage. Ses auteures sont Frédérique Cornuau et Marianne Juillard, deux statisticiennes au ministère de la Justice. 

Comme le révèle Le Monde, cette étude a observé 41.500 sortants de prison de 2016, tout en s'appuyant sur le fichier Genesis des personnes détenues. Les deux auteures ont notamment montré que 31% des personnes sorties de prison en 2016 après y avoir exécuté une peine ont été à nouveau condamnées pour une infraction commise dans l’année de leur libération.

Frédérique Cornuau et Marianne Juillard se sont également penchées sur les facteurs qui aggravent le risque de récidive. Ainsi, elles ont observé que la jeunesse du détenu est à prendre en compte : plus une personne est jeune, plus le taux de récidive est important. Par exemple, il atteint 55 % chez les 18-20 ans. La nature de l’infraction joue également, avec un taux nettement plus élevé que la moyenne pour les auteurs d’un vol simple (43 %), d’un vol aggravé sans violence (39 %) ou pour des délits visant à échapper à un contrôle routier (38 %). 

Quel est le profil de ces sortants de prison ?

L'étude dresse également une photographie de ces sortants de prisons. Il s'agit globalement d'une population jeune (la moitié n'avait pas 30 ans au moment de leur incarcération), non diplômée, souffrant d’addictions ou de troubles. De ce fait, 64 % ont un niveau collège ou inférieur scolairement, 39 % ont connu des addictions aux drogues, à l’alcool ou aux psychotropes. Finalement, un quart des sortants de prisons en 2016 a fait l’objet d’un suivi psychologique ou psychiatrique. 

À écouter aussi

Comme le note les auteures de cette étude, cette population est "socialement isolée", notamment professionnellement; puisque la moitié n'a pas d’emploi stable et 14 % présentent une "instabilité dans le logement". Par ailleurs, un cinquième des sortants de prison n’ont reçu aucune visite au cours de leur détention et quatre sur dix n’ont bénéficié d’aucun soutien financier extérieur.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.