2 min de lecture Jihadistes

Yazidis : un jihadiste français présumé mort soupçonné de crimes contre l'humanité

Ce Toulousain né en 1984, fils d'un compagnon de la mère de Mohamed Merah, est présumé mort depuis plus d'un an et demi.

Sabri Essid, le jihadiste toulousain de la filière Artigat sur une vidéo de propagande de Daesh datant de 2015
Sabri Essid, le jihadiste toulousain de la filière Artigat sur une vidéo de propagande de Daesh datant de 2015 Crédit : AL-FURQAN MEDIA / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

C'est une première. Le parquet national antiterroriste (PNAT) a chargé des juges d'instruction d'enquêter sur des soupçons de crimes contre l'humanité commis par un jihadiste français, une figure de la mouvance toulousaine accusée d'exactions contre les Yazidis.

Le pôle "crimes contre l'humanité" du PNAT, qui enquête depuis plusieurs années sur les crimes subis par cette minorité religieuse, a ouvert vendredi une information judiciaire pour "génocides" et "crimes contre l'humanité", réclamant la mise en examen de Sabri Essid pour des faits commis entre 2014 et 2016.

Ce Toulousain né en 1984, fils d'un compagnon de la mère de Mohamed Merah, est toutefois présumé mort depuis plus d'un an et demi, avait indiqué à l'AFP une source proche du dossier début 2018. Un magazine non-officiel de l'organisation État islamique (EI) avait aussi annoncé la mort de ce "demi-frère" de l'auteur des tueries de mars 2012 dans la région toulousaine.

"Crimes contre l'humanité"

Jusqu'à présent, les jihadistes français faisaient uniquement l'objet de poursuites pour des infractions à caractère terroriste. Des associations, dont la FIDH, réclamaient un élargissement aux soupçons de crimes contre l'humanité.

À lire aussi
Le camp, situé en plein désert, est balayé par des vents glaciales. Syrie
Syrie : "J’ai très peur pour mes enfants", dit une Française détenue

Des juges d'instruction du pôle spécialisé "Crimes contre l'humanité" du tribunal de Paris vont désormais poursuivre les investigations. Faute de preuve de la mort d'Essid, un procès pourrait tout de même avoir lieu, offrant à des victimes Yazidis la possibilité de se porter partie civile.

Parti rejoindre l'EI en 2014

En août 2014, des jihadistes de l'EI avaient envahi le mont Sinjar, fief de cette minorité religieuse kurdophone dans le nord de l'Irak, tuant des milliers d'entre eux et enlevant des milliers de femmes et d'adolescentes, pour les réduire à l'état d'esclaves sexuelles.

Au printemps 2014, Essid était parti rejoindre l'EI en Syrie. Il avait été reconnu en mars 2015 sur une vidéo diffusée par l'EI, où on le voit en compagnie de son beau-fils âgé d'une douzaine d'années qui exécute d'une balle dans le front un Palestinien présenté comme un espion.

Sabri Essid avait précédemment été intercepté en 2006 par l'armée syrienne avec une autre figure du jihadisme français issu de la filière du Sud-Ouest, Thomas Barnouin, alors qu'ils se rendaient en Irak pour prendre part au jihad contre la coalition internationale.

Remis à la France, ils avaient été condamnés en 2009 à cinq ans de prison, aux côtés d'autre figures de la filière toulousaine repartis pour le jihad à leur sortie de prison, notamment les frères Clain, voix de la revendication des attentats du 13-Novembre et présumés morts.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihadistes Daesh International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants