2 min de lecture Épidémie

Virus en Chine : des ressortissants français toujours bloqués à Wuhan

Alors que le coronavirus a déjà tué 26 personnes, la ville de Wuhan se retrouve coupée du monde. Le dernier vol direct vers Paris est arrivé jeudi 23 janvier. Pour ceux n'ayant pas eu la chance d'y accéder, il faut rester confiné.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Virus en Chine : des ressortissants français toujours bloqués à Wuhan Crédit Image : STR / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot édité par Marie Gingault

Le coronavirus a déjà fait 26 victimes, et au cœur de l'épidémie la ville de Wuhan est désormais placée en quarantaine. L'agglomération est la huitième plus peuplée de Chine avec ses 11 millions d'habitants, soit l'équivalent de la population de l’Île-de-France. 

Depuis un peu plus de 24h plus aucun train ne part, plus aucun avion ne décolle. Audrey, 37 ans, a pu prendre le dernier vol direct vers Paris jeudi 23 janvier, avec ses deux enfants. Cette lyonnaise expatriée à Wuhan raconte ses derniers jours en Chine dans les colonnes du Progrès.

"Tout s'est vraiment accéléré mardi. Les gens se sont mis à porter les masques, les restaurants ont fermé, c'est vraiment un signe car là-bas le marché de la restauration est très important", raconte la mère de famille. Même chose pour l'école française où sont scolarisés ses enfants, elle a fermé mardi soir au lieu d'aujourd'hui.

Si Audrey et ses enfants ont pu rentrer en France, c'est parce que ce retour était prévu depuis longtemps. En ce qui concerne ses amis expatriés, il leur est impossible de quitter la ville, même en voiture, à moins, précise-t-elle, de présenter un papier du consulat.

J'ai bien quelques réserves, mais seulement pour deux ou trois jours

Béatrice, expatriée française à Wuhan
Partager la citation
À lire aussi
Le "Westerdam" à Sihanoukville au Cambodge, le 13 février 2020 coronavirus
Coronavirus : des centaines de passagers débarqués au Cambodge recherchés

Béatrice et Jacky, eux, devaient profiter du Nouvel an chinois pour partir au Vietnam, mais leur vol a été annulé. Ce couple de Tourangeaux installé à Wuhan depuis 3 ans est donc contraint de rester sur place. Hier, lorsque le journal la Nouvelle République a pu la joindre par téléphone, Béatrice expliquait être bloquée chez elle, confinée dans l'attente du passage des avions censés désinfecter la ville. 

Béatrice a pu remarquer un véritable changement d'ambiance, presque une atmosphère de fin du monde, relate-t-elle. Personne ou presque dans les rues, masque sur le nez, Béatrice s'est rendue dans les magasins histoire de remplir ses placards, mais les étales sont vides. "Je ne sais pas comment cela va se passer dans les jours à venir, j'ai bien quelques réserves, mais seulement pour deux ou trois jours." 

La Tourangelle reste toutefois optimiste, elle n'a d'ailleurs de cesse de rassurer sa famille en France. "Tout le monde s’inquiète, ils voient Wuhan dans tous les médias mais ça va, on est juste embêtés de devoir rester enfermés", témoigne-t-elle.

Le journal La Croix a réussi à joindre une enseignante européenne qui semble beaucoup moins rassurée. "C'est angoissant dit-elle, je me sens prise au piège, un peu comme au moyen âge, au temps des pestes. On se sent comme des pestiférés, comme si l'on nous disait tu vas mourir là si c'est ton destin". "Le gouvernement poursuit-elle, semble prêt à tout. On voit des policiers et l’armée à la gare, à l’aéroport et sur les autoroutes. Nous sommes en état de siège. Un peu comme dans un film de science-fiction dont on ne connaît pas l’épilogue", déplore l'enseignante. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Chine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants