1 min de lecture Daesh

VIDÉO - Une Française condamnée pour jihadisme en Irak "regrette d'avoir été naïve"

DOCUMENT M6 - Pour la première fois une équipe de télévision a pénétré dans la prison pour femmes de Bagdad. Un journaliste de la rédaction du 12h45 et du 19h45 y a rencontré Djamila Boutoutaou l'une des deux Françaises condamnées à perpétuité.

>
VIDÉO - Une Française condamnée pour jihadisme en Irak "regrette d'avoir été naïve" Crédit Image : M6Info | Crédit Média : M6 / Jean-Baptiste Bruneaud | Date :
Jean-Baptiste Brunaud édité par Sophie Merle

L'entretien a lieu au cœur de la zone verte, une enclave ultra protégée du centre de Bagdad, en Irak. Ici sont regroupés ministères et lieux sensibles. Dans la prison pour femmes, deux Françaises purgent une peine à perpétuité pour avoir fait partie de l'organisation terroriste de Daesh.

L'une d'elles, Djamila Boutoutaou arrêtée à Mossoul en 2017 a accepté de parler à M6. Son interview est réalisée dans le bureau de la directrice de la prison en présence d'une demi-douzaine de policiers, qui ne souhaitent pas que l'on montre son visage. Elle livre les raisons de sa condamnation.

"L'accusation qu'on te donne, c'est d'avoir été associée à lui, ton mari. Je vais parler crûment,  c'est d'avoir dormi avec, lui avoir donné à manger et avoir lavé par terre, c'est toi qui l'as rendu fort."

Djamila, 30 ans, originaire de la région lilloise soutient qu'elle n’était pas au courant des projets de son mari, un ancien rappeur d'origine algérienne radicalisé. En janvier 2016, avec leurs deux enfants, une petite fille d'un an et un garçon de 5 ans, ils se rendent en Turquie. Ensemble ils franchissent la frontière syrienne.

Djamila veut rentrer en France

À lire aussi
Fabien Clain, l'un des deux frères Toulousains qui ont revendiqué les attentats du 13 Novembre à Paris. jihadisme
Terrorisme : l'aînée du clan Clain jugée pour avoir tenté de rejoindre la Syrie

"Au début je ne savais pas, je ne savais pas ce que mon mari voulait faire exactement. Je regrette d'avoir été naïve, en fait c'est de la peur, j'avais peur", se défend-elle.

Sa fille, aujourd'hui âgée de 4 ans, a été rapatriée en France et confiée à une famille d’accueil. Son mari et son fils sont morts lors de bombardements. Djamila souhaite être transférée en France, mais pour l'instant, le gouvernement français refuse le retour d'adultes condamnés pour terrorisme.

Avec l'appui de Londres et Berlin, Paris a proposé la mise en place d'un tribunal international basé en Irak pour juger les jihadistes, dont les statuts excluraient la peine de mort. Une proposition pour l'instant refusée par Bagdad.

L'intégralité de l'entretien sera à retrouver dans le 12h45 et dans le 19h45 de M6 ce mercredi 17 juillet.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Irak Syrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants