1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. VIDÉO - Carlos Ghosn : retour sur la chute du patron du groupe Renault-Nissan
1 min de lecture

VIDÉO - Carlos Ghosn : retour sur la chute du patron du groupe Renault-Nissan

La tourmente que vit le patron de Renault et de l'alliance Renault Nissan-Mitsubishi Motors interroge dans les milieux politiques et d'affaires. Retour sur la chute de Carlos Ghosn.

Le parquet de Tokyo confirme la garde à vue de Carlos Ghosn
Le parquet de Tokyo confirme la garde à vue de Carlos Ghosn
Crédit : VANDERLEI ALMEIDA / AFP
Carlos Ghosn : la roue tourne
00:06:05
Thomas Pierre & La rédaction de M6

C’est une chute retentissante, à l’image d’une carrière qui l’est toute autant. Carlos Ghosn, 64 ans, est un patron hors-norme, PDG de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, un cas unique au monde qu’il a su porter au sommet de l'industrie automobile mondiale. 

Avec 120.000 personnes sous ses ordres et 15 millions d'euros de rémunération annuelle, le dirigeant a longtemps semblé intouchable. Pourtant, le lundi 19 novembre, le jet privé du dirigeant franco-libanais qui vient de se poser à Tokyo est pris d’assaut par la police japonaise. 

Accusé de fraude fiscale et d'abus de biens sociaux, le dirigeant est placé en détention. À peine son patron arrêté, Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan, accable son ancien mentor : “je suis profondément déçu, frustré, indigné. Je suis en colère”. 

Des propos violents qui laissent éclater au grand jour les dissensions internes du géant automobile. Las de subir l’influence française et la concentration des pouvoirs du magnat, le constructeur japonais semble signifier à Carlos Ghosn sa fin de règne. 

La fin de règne

À la tête de Renault depuis 2005, la charismatique patron est aujourd'hui soupçonné d'avoir dissimulé au fisc japonais une partie de ses revenus et d'avoir utilisé l'argent de Nissan à des fins personnelles. 

Un choc aux allures de complot pour certains, car le constructeur japonais vend désormais plus de voitures que Renault et dégage un bénéfice supérieur. L’emprise de Carlos Ghosn dans ces conditions avait de quoi semer la discorde au sein de l'Alliance. Une fusion avait même été envisagée. 

Révoqué de Nissan et Mitsubishi Motors, le toujours PDG de Renault a vu sa garde à vue prolongée de 10 jours supplémentaires ce vendredi 30 novembre. Écroué dans une cellule de six mètres carrés du centre pénitentiaire de Tokyo, Carlos Ghosn risque jusqu'à 10 ans de prison.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub