1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Un an après la mort de George Floyd, qu'est-ce qui a changé aux États-Unis ?
3 min de lecture

Un an après la mort de George Floyd, qu'est-ce qui a changé aux États-Unis ?

Le 25 mai 2020, George Floyd était tué, asphyxié par un policier, Derek Chauvin, reconnu coupable depuis.

Un portrait de George Floyd devant Dogwood Coffee le 31 mars 2021 à Minneapolis, Minnesota.
Un portrait de George Floyd devant Dogwood Coffee le 31 mars 2021 à Minneapolis, Minnesota.
Crédit : Stephen Maturen / GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / Getty Images via AFP
États-Unis : un an après la mort de George Floyd
04:20
Carrie Nooten - édité par Jérémy Billault

Aujourd’hui, 25 mai, c’est le premier anniversaire de la mort de George Floyd, cet afro-américain mort le cou écrasé par le genou du policier blanc Derek Chauvin. Cet événement est un tournant majeur dans l'histoire des États-Unis, une de ces étapes cruciales dans le combat pour plus d’égalité entre les races. 

Il y a eu les rassemblements des années 60 dans la lutte pour les droits civiques, il y aura à jamais le cas George Floyd, avec bien sûr ce cri de ralliement "Black Lives Matter !" - "les vies noires comptent" qui s’est beaucoup fait entendre depuis l’an dernier. Cette vidéo qui a été prise par une adolescente, et postée sur les réseaux sociaux a traumatisé le pays, et choqué énormément aussi dans le monde entier. 

Ce que les activistes répétaient depuis longtemps, à savoir que les violences policières s’exerçaient plus souvent contre les afro-américains lors des interpellations, ne pouvait plus être ignoré du grand public. On l’a vu dans la rue à l’époque : les manifestations Black Lives Matter ont rassemblé 26 millions de personnes

Une Amérique toujours divisée

Mais ce qu’on a vu aussi, c’est que l’Amérique restait très divisée sur le sujet. Pour rappel, la société est composée, entre autres, de 61% de blancs et 13% de noirs, c’est ainsi que les races sont désignées ici. Le passé esclavagiste des Etats-Unis reste un chapitre douloureux de l’histoire, qui a des répercussions jusqu’à maintenant. 

À lire aussi

Et le fait qu’il y ait eu des casseurs dans les rangs des manifestants pacifistes, cela n’a pas aidé cette partie des Américains plus conservateurs, plus blancs, à comprendre le tournant, et à décider de le prendre.

Et pourtant, on a encore entendu parler de cas de violences policières au cours de l’interpellation de personnes afro-américaines cette année. Mais ces décès, qui restaient jusque là des faits divers qui s’empilaient, sont désormais immédiatement scrutés sous la loupe médiatique. 

Derek Chavin reconnu coupable

Un jeune de 22 ans, Daunte Wright, a été tué par erreur par une policière qui voulait attraper son taser pour le paralyser, mais s’était saisie de son révolver. Et pour de nombreux Américains, chaque cas rappelle à la société qu’elle a un problème à régler.

Les chercheurs parlent de racisme systémique dans la police - il y a un souci de formation de la police: en tous cas, je vous promets, quand on regarde ces arrestations par rapport aux normes européennes, elles paraissent très exagérées.

Le procès de Derek Chauvin a également fait changer les choses. Fait rarissime, le policier qui a étouffé George Floyd de son genou a été reconnu coupable le mois dernier - sa peine de prison sera prononcée dans quelques semaines

Et ça, c’est effectivement une étape importante. Ca a clairement calmé les activistes, qui demandent la fin de l’impunité policière. Le problème est pris en considération par les plus hautes autorités de l’État : Joe Biden va rencontrer ce mardi pour la première fois en tête à tête la famille de George Floyd - il leur a souvent parlé au téléphone, mais pandémie oblige, ne les avait jamais rencontrés. 

Réforme de la police en vue

On sait que lui et Kamala Harris veulent tous deux réformer la police. C’est certainement ce qui sera la conclusion logique de ces mois d’après George Floyd d’ailleurs. On suivra tout ça. Il y avait aussi à l’enterrement de Daunte Wright à Minneapolis de nombreuses personnalités politiques : un procureur, une député, une sénatrice. 

Pour signaler aux communauté que Washington est de leur côté, est attentif. Et cela contribuera certainement à faire évoluer les mentalités, petit à petit, et pousser à normaliser ces relations raciales qui peuvent parfois être très tendues.

L'équipe de l'émission vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/