1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Ukraine : "Il y a tellement de méfiance à surmonter", dit Olivier Mazerolle
1 min de lecture

Ukraine : "Il y a tellement de méfiance à surmonter", dit Olivier Mazerolle

REPLAY / BILLET - Ukrainiens et Russes peuvent-ils conclure un accord de la dernière chance, s'interroge le journaliste.

Olivier Mazerolle
Olivier Mazerolle
Ukraine : "Il y a tellement de méfiance à surmonter", dit Olivier Mazerolle
03:38

"Personne ne veut être piégé par une guerre totale" en Ukraine, a estimé dimanche 8 février le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius à la Conférence sur la sécurité de Munich. En fait-il trop ? "Tout dépend ce que veut Vladimir Poutine", répond Olivier Mazerolle.

Le journaliste rappelle qu'il y a dix ans, le président russe déclarait que la désintégration de l'URSS "est la plus grande catastrophe géopolitique du XXème siècle".

Beaucoup pensent qu'il veut restaurer l'Empire soviétique. "Il faut tout faire pour convaincre le tsar qu'il a beaucoup à perdre s'il provoquait l'échec de la démarche Hollande-Merkel".

Même si Poutine accepte l'accord, tout ne sera pas pour autant gagné

Olivier Mazerolle

Vladmir Poutine est convaincu que les Occidentaux n'iront pas mourir pour l'Ukraine. "Beaucoup dépend donc de son caractère et de ses objectifs sur lesquels circulent des opinions tranchées et contradictoires", poursuit Olivier Mazerolle.

À lire aussi

"Du côté français, on sait que Poutine ment quand il nie l'intervention russe en Ukraine, qu'il est très autoritaire et qu'il ne s'embarrasse pas de principes pour embastiller ses opposants, mais qu'il est un patriote préoccupé de faire respecter son pays par les Occidentaux qui ont tendance à le mépriser", note-t-il.

Mais d'autres, "comme les Polonais et les Baltes, qui ont connu l'occupation soviétique, le prennent pour un dictateur de la pire espèce digne de ses prédécesseurs et de Hitler", poursuit le journaliste, pour qui Merkel et Hollande "ont le mérite de lui donner l'occasion de prouver qu'il n'est pas de cette trempe".

Pour lui, si le maître de Moscou rejette cette opportunité, "le mystère Poutine aura été démasqué, et c'est peut-être cela, plus que des sanctions ou des armes livrées à la très faible armée ukrainienne, qui peut lui faire peur".

Mais même si Poutine accepte l'accord, tout ne sera pas pour autant gagné, avertit Olivier Mazerolle, pour qui "il y a tellement de méfiances à surmonter".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/