2 min de lecture Asie

Thaïlande : ce que l'on sait de l'attaque qui a fait au moins 26 morts

Un militaire thaïlandais a ouvert le feu et tué au moins 26 personnes à Korat, dans le nord-est du pays, samedi. Il a pris la fuite mais a été abattu par la police quelques heures plus tard.

Le tireur a visé des civils dans un centre commercial de la ville.
Le tireur a visé des civils dans un centre commercial de la ville. Crédit : Lillian SUWANRUMPHA / AFP
Charles Deluermoz et AFP

Le sous-officier de l'armée thaïlandaise, qui a tué au moins 26 personnes -dont un jeune garçon de 13 ans- en tirant sur des soldats d'une base militaire puis sur des civils dans un centre commercial de Korat au nord-est de la Thaïlande, a été abattu par la police quelques heures après le drame. L'assaillant s'était retranché dans le centre-commercial.

Samedi, des dizaines de clients terrifiés ont été évacués du centre commercial, après que la police a déclaré avoir "pris le contrôle" du rez-de-chaussée. Les policiers qui encerclaient le centre commercial Terminal 21 ont demandé aux personnes quittant les lieux de sortir "en levant les bras" et de s'identifier, pour empêcher le tireur de fuir en se fondant dans la foule.


Pendant la nuit, des échanges de tirs nourris ont été entendus et des personnes ont été évacuées du bâtiment par petits groupes. Au cours du raid, un policier a été tué. "C'était comme dans un rêve. Je suis heureuse d'être en vie", a déclaré Sottiyanee Unchalee, 48 ans, précisant qu'elle s'était cachée dans les toilettes en entendant les coups de feu.

La tuerie diffusée sur Facebook

Dans la soirée, des photos et des vidéos sur les réseaux sociaux montraient des scènes de panique, des personnes en train de fuir et ce qui ressemble à des rafales d'arme automatique. Le soldat a également posté des vidéos et photos de lui et plusieurs messages sur sa page Facebook : "Dois-je me rendre ?", ou encore "Personne ne peut échapper à la mort".

À lire aussi
Une mère ajustant le masque de sa fille à Pyongyang, en Corée du Nord, le 6 février 2020 Corée du Nord
Le coronavirus peut-il faire vaciller le régime nord-coréen ?

Dans une vidéo, qui a été supprimée depuis, Jakrapanth Thomma, portant un casque de l'armée, filmait depuis sa jeep en disant "je suis fatigué (...) Je ne peux plus appuyer mon doigt", mimant la forme d'une gâchette avec sa main. Des photos d'un homme portant un masque de ski et brandissant un pistolet ont également été postées.

Une porte-parole de Facebook a déclaré que le réseau social avait "fermé le compte du tireur et allait travailler nuit et jour pour retirer tout contenu illégal en rapport avec cette attaque dès que nous en aurons connaissance."

La police thaïlandaise a diffusé un avis de recherche sur son compte Facebook.
La police thaïlandaise a diffusé un avis de recherche sur son compte Facebook. Crédit : Thai Royal Police's Crime Suppression Department

La tuerie a commencé samedi en fin d'après-midi à Nakhon Ratchasima, ville également appelée Korat, sur une base militaire, a indiqué la police. Trois personnes y ont été tuées, dont au moins un soldat, lorsque l'adjudant-chef Jakrapanth Thomma a ouvert le feu, d'abord au domicile d'un officier supérieur, puis dans la caserne.

"Il a volé un véhicule militaire et s'est rendu dans le centre-ville", selon le lieutenant-colonel Mongkol Kuptasiri. Là, il s'est introduit dans le centre commercial et a ouvert le feu au hasard sur les clients avec des armes dérobées dans l'arsenal de la base, dont une mitrailleuse M60.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Asie Thaïlande Fusillade
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants