1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Sous-marins : Washington "espère" pouvoir évoquer son différend avec Paris à l'ONU
2 min de lecture

Sous-marins : Washington "espère" pouvoir évoquer son différend avec Paris à l'ONU

Les États-Unis espèrent évoquer leur différend avec la France concernant la crise des sous-marins, la semaine prochaine à l'ONU (New York).

Le logo des Nations unies visible au siège des Nations unies le 20 mai 2021 à New York. (Illustration)
Le logo des Nations unies visible au siège des Nations unies le 20 mai 2021 à New York. (Illustration)
Crédit : ANGELA WEISS / AFP
Camille Guesdon & AFP

Les États-Unis "espèrent" pouvoir évoquer avec la France leur différend dans la crise des sous-marins "la semaine prochaine" à l'ONU. C'est ce qu'a déclaré sur Twitter Ned Price, le porte-parole de la diplomatie américaine, vendredi 17 septembre : "Nous avons été en contact étroit avec nos alliés français, et nous espérons pouvoir continuer notre discussion sur ce sujet à haut niveau dans les prochains jours, y compris à l'Assemblée générale de l'ONU la semaine prochaine à New York".

Ned Price a ajouté "comprendre leur position", et a pris acte de la décision sans précédent de rappeler à Paris l'ambassadeur de France "pour consultations". Antony Blinken, le secrétaire d'Etat américain et Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, seront tous les deux présents la semaine prochaine à New York, pour le grand rendez-vous annuel de la diplomatie mondiale.

La France a rappelé ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie

Vendredi 17 septembre, la France a rappelé ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie. Une décision historique et sans précédent vis-à-vis de ses deux alliés, après la rupture du "contrat du siècle" de sous-marins français par l'Australie au profit des États-Unis. Jean-Yves Le Drian a notamment déclaré que "cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées le 15 septembre par l'Australie et les États-Unis".

Depuis l'annonce de l'alliance des États-Unis, de l'Australie et du Royaume-Uni dans la région indo-pacifique mercredi 15 septembre, la France ne décolère pas, surtout contre le fait d'avoir été tenu à l'écart jusqu'au bout.

À lire aussi

Après le rappel de leur ambassadeur à Washington, un haut responsable de la Maison Blanche avait déjà dit "regretter" que les Français "aient franchi ce pas". Pour tenter d'apaiser la colère de Paris, Ned Price a déclaré que "la France est un partenaire vital et notre plus ancien allié, et nous estimons que notre relation est extrêmement précieuse".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/