2 min de lecture Union européenne

Sommet européen : pourquoi les “frugaux” bloquent un possible accord ?

DÉCRYPTAGE - L'Autriche, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark et la Finlande émettent des réserves sur le plan de relance défendu par le couple franco-allemand et qui devrait profiter avant tout à l'Italie et l'Espagne.

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel et le président du Conseil européen Charles Michel au siège du Conseil européen à Bruxelles, le 18 juillet 2020
Le chancelier autrichien Sebastian Kurz, le président français Emmanuel Macron, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel et le président du Conseil européen Charles Michel au siège du Conseil européen à Bruxelles, le 18 juillet 2020 Crédit : FRANCOIS LENOIR / POOL / AFP
Photo-Thomas-Pierre
Thomas Pierre et AFP

Leur rigidité budgétaire leur a valu le surnom de "frugaux". Un club resserré au sein de l'Union européenne et composé des cinq pays suivants : Autriche, Pays-Bas, Suède, Danemark et Finlande. Ces États sont très méfiants à l'égard du plan de relance défendu par le couple franco-allemand, et qui profiterait surtout aux pays du Sud, Italie et Espagne en tête, les plus touchés par les conséquences socio-économiques de la crise du Covid-19. 

Mais ces derniers sont aussi ceux qui passent pour les moins respectueux de l'orthodoxie budgétaire aux yeux des "frugaux", qui bloquent tout accord depuis vendredi. D'où le marchandage intense qui se joue actuellement encore à Bruxelles entre les 27, au quatrième jour du sommet européen, le plus long depuis celui de Nice en décembre 2000. 

Une réunion-marathon qui ne va pas sans une certains tension entre les protagonistes. La journée de dimanche a été marquée par le coup de semonce d'Emmanuel Macron. Lors du dîner, le président français a ainsi dénoncé la mauvaise volonté et les "incohérences" des frugaux. "Il y a eu une passe très dure. Le Président suivi par la chancelière (allemande Angela Merkel) a tapé du poing sur la table", a-t-on indiqué de source française.

Quel est le point de blocage ?

Sur la table de ces âpres négociations, un fonds constitué par une capacité d'emprunt de 750 milliards d'euros pour relancer l'économie européenne, adossé au budget à long terme de l'UE (2021-2027) de 1.074 milliards d'euros. Ce plan est composé de 250 milliards de prêts, et surtout de subventions à hauteur de 500 milliards, qui n'auront pas à être remboursées par les États bénéficiaires. 

À lire aussi
Un vaccin contre la Covid-19 (illustration) coronavirus
Coronavirus : 15% des vaccins achetés par l'UE pour la France

Et c'est là que le bât blesse. Quatre pays dit "frugaux" - Pays-Bas, Autriche, Danemark, Suède - rejoints par la Finlande, émettent de profondes réserves sur cette proposition, qui devrait profiter avant tout à l'Italie et l'Espagne. 

Vers un plan moins ambitieux ?

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a souligné que son pays rejetait "clairement la proposition actuelle". "Nous voulons bien sûr faire preuve de solidarité, mais nous avons également les intérêts des contribuables autrichiens à l'esprit", a-t-il tweeté.

L'unanimité nécessaire des 27 États membres rend donc en l'état un accord particulièrement difficile. Lundi, les dirigeants européens poursuivaient leurs discussions dans l'espoir de trouver un accord sur un plan de relance post-coronavirus.

Après avoir multiplié les gages envers les "frugaux", le président du Conseil européen, Charles Michel, médiateur du sommet, devrait présenter de revoir à la baisse la part de subventions dans le plan de relance à 750 milliards d'euros : 390 milliards, contre 500 milliards dans la proposition initiale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Union européenne Bruxelles
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants