1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Russie : un candidat pour avoir la tête coupée et greffée
2 min de lecture

Russie : un candidat pour avoir la tête coupée et greffée

Atteint d'une maladie dégénérative, le Russe s'est porté candidat à l'expérience du neurochirurgien italien Sergio Canavero.

Chirurgie (illustration)
Chirurgie (illustration)
Crédit : JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
micros
La rédaction numérique de RTL

C'est la greffe ultime. Valéry Spiridonov pourrait se faire couper la tête pour qu'elle soit greffée sur un corps en état de mort cérébrale. Une décision radicale qui pourrait lui permettre en cas de réussite, de continuer à vivre. 

Car l'homme est atteint de la maladie de Werdnig-Hoffaman rapporte Courrier International. Une maladie dégénérative touchant la moelle épinière et plus précisément les cellules nerveuses qui innervent les muscles. Une maladie qui se déclare souvent dans les six premiers mois de la vie mais peut aussi se stabiliser. C'est le cas de Valéry Spirinov, âgé de 30 ans. Mais ses chances de survie sont minces. Alors, le Russe s'est décidé : "Ma décision est définitive et je ne prévois pas d'en changer".

Une décision qui répond au projet de Sergio Canavero, neurochirurgien à l'Université de Turin et publié dans la revue italienne Surgical Neurology International. Depuis c'est grâce à quelques échanges Skype que le jeune homme se serait décidé.

Une opération polémique

Alors que le projet fantasque semble se dessiner, la communauté scientifique s'insurge considérant le projet comme un "pur fantasme". Car l'opération semble irréelle. La tête du receveur serait placée sur le corps d'un "donneur" et greffée grâce à une substance à base de polyéthylène glycol. Le protocole prévoit ensuite un coma artificiel d'un mois afin de permettre une fusion des deux entités ainsi que la prescription de doses importantes d'immunosupresseurs pour éviter le rejet. Et ce ne serait qu'au bout d'un an que le patient pourrait marcher. Le risque est énorme. Car en cas de rejet, il est impossible de réaliser un retour en arrière

À lire aussi

La greffe de tête pose toutefois un autre problème. Celui de l'éthique. Le chirurgien lui-même l'affirme : "L'opération créera une chimère porteuse de l'esprit du receveur et qui engendrera la descendance du donneur".

L'opération n'est toutefois pas sur le point de se faire puisqu'il faut avant tout l'autorisation d'un comité d'éthique en plus des 10 millions d'euros nécessaires aux 36 heures prévues pour l'opération.  

Sergio Canavero, qui se dresse en pionnier, est optimiste et espère réaliser l'opération en 2016 ou 2017. Une opération qui rappelons-le, pourrait permettre de prolonger la vie de Valéry Spiridonov. "Je n'ai pas vraiment d'autres choix. Si je ne tente pas ma chance, mon sort sera très triste" a-t-il confié au Daily Mail. "Si j'ai peur ? Oui bien sûr. Mais ce n'est pas uniquement effrayant, c'est aussi très intéressant." 

"Il faut savoir risquer la peur comme on risque la mort. Le vrai courage est dans ce risque", écrivait Georges Bernanos.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/