1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Royaume-Uni : non, les contaminations ne prouvent pas l'inefficacité du vaccin
2 min de lecture

Royaume-Uni : non, les contaminations ne prouvent pas l'inefficacité du vaccin

FACT CHECKING - Malgré une importante couverture vaccinale outre-Manche, le variant Delta tue des Britanniques tous les jours. Un constat qui ne prouve pas pour autant l'inefficacité du vaccin.

Un centre de dépistage Covid-19 au Royaume-Uni
Un centre de dépistage Covid-19 au Royaume-Uni
Crédit : Oli SCARFF / AFP
Au Royaume-Uni, la vaccination sauve du variant Delta
02:55
Au Royaume-Uni, la vaccination sauve du variant Delta
02:55
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Nicolas Barreiro

"Enfin", se disent les complotistes ou anti-mesures sanitaires. Le masque est dangereux, les Français en ont porté. Les confinements ne servent à rien, les Français les ont respecté. La vaccination va tous nous tuer, les Français se sont précipités dans les vaccinodromes. Alors quand on apprend que l’un des pays les mieux vacciné d’Europe, à savoir la Grande-Bretagne, connait une hausse des contaminations, les plus radicaux savourent et dégustent un mousseux, cuvée Didier Raoult.

Juste avant, regardons les chiffres. Chaque semaine, explique la chaine LCI, l'agence sanitaire britannique fournit des données sur la part de vaccinés parmi les cas confirmés de variant Delta depuis le 1er février. On y lit que sur les plus de 81.000 infections enregistrées jusqu'au 21 juin, 66,4% des contaminés n'avaient reçu aucune dose. Au contraire, 8,9% possédaient une protection complète. 

Sur les 117 décès enregistrés sur la même période et liés au variant, les autorités comptent 47 victimes non vaccinées, 20 vaccinées avec une dose, et 50 complètement immunisées. Les autorités sanitaires estiment que deux doses protègent à environ 94% contre l'hospitalisation. Les 6% restants échappent à la protection vaccinale, pour des raisons pas forcément identifiables.

Simple logique statistique

Des statisticiens et des mathématiciens anglo-saxons ont apporté leurs concours pour expliquer ce phénomène. Le vaccin ne protège pas à 100% donc il est normal qu’une partie de la population soit touchée. Comme l’explique, Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Poincaré de Garches, "Quand vous avez beaucoup de gens vaccinés, vous avez par définition des gens qui vont se retrouver dans le lot."  

À lire aussi

Si on raisonne par l’absurde, imaginons que personne ne soit vacciné. Alors, il n'y aura aucune personne vaccinée parmi les décès. Inversement, si tout le monde est vacciné, toutes les personnes décédées auront été vaccinées. En Grande-Bretagne, parmi les nouvelles hospitalisations dues au variant Delta, seules 3% étaient totalement vaccinées.
 
Grande-Bretagne et Russie, deux pays où frappe le variant Delta au résultat bien différent. Il y aurait 14 décès par jour dus à la Covid-19 en Grande-Bretagne, rien qu’a Saint-Pétersbourg mardi dernier ce sont 119 personnes qui ont succombé. En cause, une couverture vaccinale plus importante côté britannique. 50% de la population aurait déjà reçu deux doses, en Russie seuls 15% auraient prêté leur épaule pour une première injection.

Donc non, la reprise des contaminations au Royaume-Uni ne prouve pas l’inefficacité des vaccins mais avec cette chronique, nous avons appris que pour certains la fable est plus crédible que la réalité. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/