1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Révolution russe de 1917 : la terreur, version rouge
2 min de lecture

Révolution russe de 1917 : la terreur, version rouge

OCTOBRE RUSSE (5/5) - Pendant cinq jours, l'historien Fabrice d'Almeida explique au micro de RTL pourquoi et comment a éclaté la révolution russe de 1917.

Vue aérienne de Moscou
Vue aérienne de Moscou
Crédit : AFP
Fabrice D'Almeida & La rédaction de Girls

Le 17 juillet 1918 à 2h15, dans la nuit, les gardes demandent à la famille impériale de sortir de leurs chambres et de descendre l’escalier qui les mène à la cave. Là, Nicolas II, sa femme, son fils Alexis, ses quatre filles âgées de 17 à 22 ans ainsi que trois serviteurs sont alignés comme à la parade. Étrange chemin, des palais de Petrograd à cette maison bourgeoise d’une petite ville d’une province périphérique, Yekatarinenburg. 

Les gardes sont sortis de la pièce. Ils boivent des verres de vodka pour prendre du courage. Leur fond d’humanité est vite dissout dans l’alcool. Puis le groupe des tueurs revient dans la pièce où se tient l’empereur déchu. Lecture est donnée aux Romanov de leur acte de condamnation à mort par le comité des soviets de l’Oural. Brusquement, un des assassins ouvre le feu sur l’empereur. La tuerie dure environ vingt minutes. Tous les membres de la famille sont massacrés. 

Le chef du peloton avait pris des armes de poings pour faire une exécution "propre", disait-il. En réalité, il a fallu achever les enfants et la domestique à coup de baïonnette. Ce n’est ni la première, ni la plus cruelle des liquidations menées par les bolcheviques, mais celle qui manifeste leur désir de faire table rase du passé, à tout prix. Car Lénine a choisi de faire disparaître ceux pour lesquelles les armées blanches combattent depuis le début de l’année 1918. Ils se sent maintenant en sécurité. Il a même déplacé la capitale de Petrograd à Moscou, une ville plus sûre. 

Fanny Kaplan déclenche la terreur rouge

Le 30 août, il visite une usine moscovite. Aux travailleurs, il fait un discours longuement applaudi puis sort pour rejoindre sa voiture. Alors qu’il s’apprête à s’y glisser une voix l’interpelle, "Lénine !". Il se retourne. Déjà, un premier coup de feu éclate qui perce son manteau, puis un second qui l’atteint à la poitrine et un troisième à l’épaule. C’est une femme, Fanny Kaplan, qui a ouvert le feu. Rapidement maîtrisée et arrêtée. Ses premières phrases sont pour regretter d’avoir échoué à tuer Lénine car affirme-t-elle, "c’est un traître à la Révolution". Elle est torturée puis assassinée par la police politique. L’attentat de Fanny Kaplan déclenche la terreur rouge, une répression brutale, qui frappe tous les opposants au bolchevisme.

À lire aussi

Pour reprendre en main les populations, des responsables sont envoyés en province. Parmi eux, le commissaire aux nationalités, très proche de Lénine : Joseph Staline. Il est chargé de défendre Tsaritsyne, une localité stratégique près de la mer Noire, à 900 km de Moscou.

Dès son arrivée, Staline fait exécuter le moindre suspect dans les campagnes alentour. Face aux cosaques des armées contre-révolutionnaires, il réussit à remporter une bataille majeure à la fin du mois de septembre 1918 et forge sa légende dans cette ville qui entrera dans l’histoire quelques années plus tard sous le nom de Stalingrad. Un an après le coup d’État d’octobre 1917, la Révolution a accouché d’un monstre, une dictature qui dévore ses citoyens en disant agir pour leur bien. La révolution est achevée. Le communisme va bouleverser le siècle.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signa