2 min de lecture États-Unis

Révéler le sexe de son bébé : quand la tradition de la "gender reveal party" tourne mal

Aux États-Unis, faire une grande fête pour révéler le sexe de son enfant à naître est devenu une tradition. Mais les parents américains vont parfois trop loin.

Un couple lors d'une "gender reveal party"
Un couple lors d'une "gender reveal party" Crédit : YouTube / @jenesuispasjolie
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Fille ou garçon ? Aux États-Unis, cette question revêt une grande importance pour les futurs parents qui n'ont qu'une seule hâte : faire la fête pour révéler le sexe de leur bébé. On appelle cela une "gender reveal party" qui vient s'ajouter à la fameuse "baby shower", célébrant la naissance.

Mais les jeunes parents américains ont le sens de la démesure. Et parfois cette "gender reveal party" tourne mal. Un crash d'avion au Texas, une explosion mortelle dans l'Iowa, un incendie géant en Arizona… Le rêve peut vite se transformer en cauchemar.

Début septembre, au Texas, un petit avion a été victime d'un crash - miraculeusement non mortel - après avoir largué une tonne d'eau colorée en rose pour annoncer la venue au monde d'une petite fille. En Iowa, début octobre, une femme de 56 ans a été tuée par les débris d'une bombe artisanale qui a explosé pendant une autre "gender reveal party".

>
The Moment A Border Patrol Agent Sparked A 45,000 Acre Wildfire During A Gender Reveal Party | TIME

En novembre 2018, 20.000 hectares avaient brûlé dans l'Arizona alors que des parents avaient choisi de tirer sur une cible, qui devait juste exploser et faire se dégager une fumée bleue, mais qui a embrasé la végétation très sèche autour avant de s'étendre beaucoup plus. Montant des dégâts ? 8,2 millions de dollars.

À lire aussi
Des pigeons coiffés comme des cow-boy faits divers
États-Unis : des pigeons coiffés de chapeaux de cow-boy repérés à Las Vegas

Les parents américains se sont longtemps contentés d'un gâteau pour mettre fin, au moment de la découpe, à l'intenable suspense : coulis bleu pour un garçon, rose pour une fille. Mais les réseaux sociaux ont fait de ce moment privilégié une compétition et ont incité certains à aller beaucoup trop pour avoir la vidéo la plus impressionnante, celle qui fait le plus de buzz.

Une fête qui renforce les stéréotypes de genre

En plus des risques encourus, les "gender reveal parties" n'ont pas forcément bonne réputation car certains considèrent qu'elles ne font que renforcer les stéréotypes de genre. Même "l'inventrice" du phénomène, Jenny Karvunidis, de qui tout est parti à la suite d'un article de blog en 2008 lorsqu'elle était enceinte de sa première fille, a aujourd'hui l'impression d'avoir créé un monstre.


"Quelle importance a le sexe du bébé ?", s'interroge-t-elle par ailleurs. "Je ne savais pas (à l'époque) ce que nous savons aujourd'hui : que donner de l'importance à leur sexe de naissance occulte une grande partie de leur potentiel et de leurs talents, qui n'ont rien à voir avec ce qu'ils ont entre les jambes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Mode Buzz internet
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants