1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Rétro 2020 : défaite de Trump, crise au Liban... Une année internationale
2 min de lecture

Rétro 2020 : défaite de Trump, crise au Liban... Une année internationale

RÉTROSPECTIVE - En 2020, le monde a du faire face à une pandémie sans précédent au XXIème, sans pour autant être épargné par les crises internationales, que ce soit la défaite contestée de Donald Trump aux États-Unis ou le drame au Liban, avec l'explosion du port de Beyrouth.

Donald Trump, le 4 novembre 2020
Donald Trump, le 4 novembre 2020
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
Les Rétro 2020 : retour sur l'élection américaine
36:51
Les Rétro 2020 : retour sur l'explosion de Beyrouth
35:27
Lionel Gendron & Christophe Decroix - édité par Thomas Pierre

Marquée à jamais par la pandémie de coronavirus, 2020 restera aussi comme le moment de  la défaite de Donald Trump aux États-Unis. Commencer l'année par un procès en destitution, n'était d'ailleurs pas du meilleur augure pour le président américain. En cause, un appel téléphonique au président ukrainien. Donald Trump lui aurait demandé d'enquêter sur les Biden, père et fils, en échange d'une aide militaire

Un conseiller présent ce jour-là confirme. Donald Trump le démettra de ses fonctions. La Chambre des représentants démocrates engage la procédure. Le Sénat républicain la rejette. Et Donald Trump se dit victime d'une chasse aux sorcières. "Nous avons été traités de manière totalement injuste. C'était du vrai 'bullshit'. Il y avait des flics pourris, des taupes, des menteurs. Ça ne devrait jamais arriver à un autre président", dira-t-il. 

Le président fracture, divise pour continuer à régner. Les manifestations antiracistes après la mort de George Floyd ? Il y voit des émeutiers pilotés par l'extrême gauche. Le 1er juin, Bible à la main, il pose devant l'église St-John, qui jouxte la Maison Blanche. La veille, cette église avait été dégradée au cours de manifestations. "Nous avons un beau pays. Il est en train de se relever avec force et il va être encore plus beau qu'il ne l'a jamais été", dit Trump.

Trump vs le "virus chinois"

Mais la séquence sonne faux. Le chef d'état-major des armées regrettera même d'avoir participé à cette mise en scène. Les États-Unis viennent alors de passer le cap des 100.000 liés à l'épidémie. Le virus tue et casse le bilan économique de Donald Trump. Alors, ils le minimisent. 

À lire aussi

Au début, c'est une histoire inventée par les démocrates et même face à l'évidence, ils ne prennent jamais le port du masque. Ils proposent même des solutions insensées devant des médecins médusés. "Quand je vois le désinfectant qui terrasse le virus en une minute, je me dis que peut-être, on pourrait faire quelque chose dans ce genre-là avec des injections à l'intérieur du corps ou un agent de nettoyage", ira-t-il jusqu'à dire.

Le "virus chinois", comme il l'appelle, change tout. Pour Donald Trump, il le conduira même à l'hôpital le 2 octobre et expliquera en partie sa défaite un peu plus d'un mois plus tard. 

Le drame du Liban

Depuis la tragédie qui a frappé le Liban, le "pays du cèdre" est devenu "un pays de cendres" dira le chanteur Mika. Le 4 août, une explosion fait plus de 200 morts et au moins 6.500 blessés, détruit le port de Beyrouth et ravage des quartiers entiers de la capitale libanaise. 

La déflagration a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt abritant des tonnes de nitrate d'ammonium sans précaution. Cette tragédie frappe un pays aux abois, plongé depuis des mois dans une crise économique d'une gravité inédite, marquée par une dépréciation inédite de sa monnaie, une hyperinflation, des licenciements massifs et des restrictions bancaires drastiques. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/