2 min de lecture Harvey Weinstein

Procès Weinstein : la défense demande son acquittement, même si c'est "impopulaire"

Jeudi 13 février, les avocats d'Harvey Weinstein ont demandé aux jurés d'acquitter le producteur hollywoodien accusé de viols et d'agressions sexuelles, même s'il s'agit d'une "décision impopulaire".

Donna Rotunna et son client, Harvey Weinstein, à la cour suprême de New-York le 11 juillet
Donna Rotunna et son client, Harvey Weinstein, à la cour suprême de New-York le 11 juillet Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Les avocats d'Harvey Weinstein ont appelé les jurés à acquitter le producteur hollywoodien, jeudi 13 février, même si c'est "impopulaire". Les questions de la contrainte et du consentement de ses deux accusatrices étaient au cœur des débats.

Trois semaines de procès et le suspense reste à son comble : Harvey Weinstein, ex-magnat d’Hollywood accusé de multiples agressions sexuelles, sera-t-il acquitté ? Dans sa plaidoirie finale, Donna Rotunno, principale avocate du producteur, a accusé les procureurs de n’avoir pas fourni les preuves de la culpabilité de celui qui est à l'origine de l'émergence du mouvement #MeToo.

"Les médias ont fait du zèle, l'accusation a fait du zèle (...) Vous êtes appelés à prendre une décision impopulaire" et à "ignorer l'agitation" médiatique autour de ce dossier, a souligné l'avocate du procureur Donna Rotunno, qui a jusqu'ici obtenu l'acquittement de la quasi-totalité des hommes accusés d'agression sexuelle qu'elle a défendus.

La notion de consentement floue

Le producteur de 67 ans, qui fut le premier à découvrir le talent de Quentin Tarantino et produisit des succès comme "Shakespeare in Love" ou "The Artist", risque la perpétuité en cas de condamnation. Six femmes ont, depuis le 22 janvier, témoigné pour l'accusation, affirmant que l'ex-magnat d'Hollywood, devenu un paria pour l'opinion publique, les avait sexuellement agressées.

À lire aussi
Harvey Weinstein le 9 juillet 2018 à New York faits divers
Harvey Weinstein : une plaignante raconte son viol dans une chambre d'enfant

Si Harvey Weinstein a été accusé de harcèlement ou d'agression sexuelle par plus de 80 femmes depuis octobre 2017, son avocate Donna Rotunno a cependant rappelé aux jurés qu'il n'était jugé à New York que pour deux agressions présumées : un viol supposé sur une aspirante actrice, Jessica Mann, en 2013, et un cunnilingus forcé sur une ex-assistante de production, Mimi Haleyi, en 2006. Or dans ces deux cas, la notion-clé de consentement s'avère plus floue que dans la plupart des procès pour agressions sexuelles.

Les jurés doivent arriver à un verdict à l'unanimité. En cas de désaccord, le procès serait annulé et l'accusation pourrait alors décider de tenter un nouveau procès ou pas. S'il était acquitté à New York, ou si le procès était annulé, M. Weinstein aurait à répondre d'autres inculpations pour deux agressions sexuelles à Los Angeles, annoncées début janvier 2020. Après la défense, la procureure Joan Illuzzi-Orbon doit prononcer sa plaidoirie finale vendredi 14 février, avant le début des délibérations prévu mardi 18 février. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harvey Weinstein Faits divers Viol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants