3 min de lecture Donald Trump

Présidentielle américaine : Trump cherche-t-il l’aide de la Chine pour sa réélection ?

Selon des extraits du livre de John Bolton, Donald Trump aurait demandé en juin 2019 au président chinois Xi Jinping de "faire en sorte qu'il l'emporte" lors de la prochaine élection américaine.

Donald Trump et Xi Jinping, le 29 juin 2019 à Osaka, au Japon
Donald Trump et Xi Jinping, le 29 juin 2019 à Osaka, au Japon Crédit : Nicolas ASFOURI / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

C'est l'une des "bombes" du livre de John Bolton. L'ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump accuse le président américain d'avoir cherché l'aide de la Chine pour gagner sa réélection en novembre, selon des extraits d'un livre à paraître. Il y décrit notamment des échanges entre Donald Trump et des dirigeants étrangers d'autant plus embarrassants qu'ils font écho à l'affaire ukrainienne, laquelle lui avait valu une procédure de destitution.

Dans l'un des passages les plus explosifs, John Bolton raconte qu'en marge d'un sommet du G20 à Osaka, Donald Trump avait "détourné" la conversation avec le président chinois Xi Jinping "vers la prochaine élection présidentielle" en plaidant auprès de Xi "pour qu'il fasse en sorte qu'il l'emporte", selon les extraits. 

Lors de cette rencontre en juin 2019, le président américain "a souligné l'importance des agriculteurs et de l'augmentation des achats chinois de soja et de blé sur le résultat de l'élection", écrit dans ses mémoires ce faucon républicain.

Interrogé au sujet de ces révélations, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a affirmé jeudi que Pékin avait "toujours respecté le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures" d'autres pays. "Nous n'avons pas l'intention de nous ingérer dans la politique américaine interne et les élections, et ne le ferons pas", a ajouté le porte-parole.

Trump "pas apte à la fonction"

À lire aussi
Aux États-Unis, les Américains noirs sont le plus durement touchés par l'épidémie de coronavirus. Coronavirus États-Unis
Coronavirus aux États-Unis : la barre des 200.000 morts passée, le double attendu

"Les conversations de Trump avec Xi reflètent non seulement les incohérences de sa politique commerciale mais aussi l'interconnexion dans l'esprit de Trump entre ses propres intérêts politiques et l'intérêt national américain", souligne John Bolton, 71 ans, conseiller à la sécurité nationale d'avril 2018 à septembre 2019. 

Cette conversation de Donald Trump et "d'innombrables autres" ont "confirmé un comportement fondamentalement inacceptable qui érode la légitimité même de la présidence", accuse-t-il. "Je ne pense pas qu'il soit apte à la fonction. Je ne pense pas qu'il ait les compétences pour exercer ce poste", a déclaré John Bolton dans une interview à la chaîne ABC, qui doit être diffusée dans son intégralité ce week-end.

"Pourquoi a-t-il à plusieurs reprises loué le gouvernement chinois et le président Xi alors même que le coronavirus se propageait? Parce qu'il voulait pouvoir parler d'un accord commercial avec la Chine pendant sa campagne de réélection", s'est indigné Joe Biden.

Favorable à des camps pour Ouïghours ?

Alors que d'influents sénateurs républicains dénoncent sans relâche la Chine, John Bolton écrit que, toujours à Osaka en 2019: "uniquement en présence des interprètes, Xi avait expliqué à Trump pourquoi, en gros, il construisait des camps de concentration dans le Xinjiang. Selon notre interprète, Trump a dit que Xi devait continuer à construire ces camps, dont Trump pensait que c'était exactement la bonne chose à faire".

Selon le Washington Post, John Bolton s'était inquiété, auprès du ministre de la Justice Bill Barr, "de la volonté de Trump de rendre des services à des autocrates, dont le" président turc Recep Tayyip Erdogan.

"Il ne raconte que des conneries."

Les responsables de l'administration Trump oscillaient, d'après l'ex-conseiller, entre profonde inquiétude et moqueries. Dans un mot glissé à John Bolton lors du sommet historique entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un en 2018, Mike Pompeo aurait ainsi écrit: "Il ne raconte que des conneries."

Dans un tweet incendiaire, Donald Trump a qualifié Bolton de "dingue", affirmant que le livre n'était qu'un tissu de "mensonges et de fausses histoires". Pour le président américain, tout ce qui est écrit n'est que de la "pure fiction". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Donald Trump Présidentielle américaine Xi Jinping
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants