2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine : des immeubles n'assument plus de s'appeler "Trump"

Des résidents d'immeubles au nom de Donald Trump ne veulent plus être associé au clivant candidat républicain.

Une "Trump Tower" à Chicago (illustration)
Une "Trump Tower" à Chicago (illustration) Crédit : SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et Julien Absalon

À New-York, plus d'une dizaine de gratte-ciels arborent sur leur façade d'immenses lettres "T-R-U-M-P". Certains de ces grands immeubles de luxe appartiennent directement à Donald Trump, qui a fait fortune dans l'immobilier. D'autres ont même payé pour utiliser son nom. Mais avec la campagne présidentielle et les dernières polémiques concernant le candidat républicain, les sociétés gestionnaires de ces immeubles font désormais face à une fronde de leurs résidentsUne pétition en ligne a même été lancée pour faire retirer ces lettres qu'ils considèrent comme "contraires" à leurs valeurs.

De quoi troubler l'ambiance feutrée qui règne habituellement dans ces temples du savoir-vivre, qui abritent des dirigeants de grandes entreprises comme Viacom ou HSBC, au vu de la convocation au prochain conseil syndical. Car au final, certains jugent la polémique inutile. "Tout cela est stupide, je pense que quand viendra l'heure de payer (pour enlever le logo Trump), les gens n'iront pas jusqu'au bout", estime un père de famille pressé de disparaître dans l'ascenseur. 

Peut-être que les affaires vont décider du sort des lettres. Selon une étude du promoteur immobilier Redfin, les appartements de luxe au nom de Donald Trump se vendent désormais au prix du marché, alors qu'ils bénéficiaient d'une surcote de près de 7% il y a un an. Pour autant, un porte-parole de la Trump Organization affirme que la "la marque Trump reste incroyablement solide".

En bref

- On savait que Trump avait échappé à l’impôt fédéral pendant plusieurs années après avoir déclaré une perte de près d’un milliard de dollars en 1995. Mais le New York Times révèle de nouveaux documents que le milliardaire a pu, en toute légalité, omettre de déclarer des centaines de millions de revenus pendant cette période.

À lire aussi
La petite amie Donald Trump Junior, fils aîné du président Donald Trump, a été testée positive au coronavirus. Donald Trump
États-Unis : la compagne du fils aîné de Trump testée positive au coronavirus

- Trump n’aime pas quand les choses ne lui sont pas favorables. Un sondeur embauché en mai puis licencié par la campagne Trump réclame ainsi plus de 750.000 dollars d’impayés à Trumpqui n’aurait pas aimé l’état de l’opinion qui remontait des enquêtes.

- Première interview de Hillary Clinton depuis l’affaire… à une émission people, Extra, aux côtés de Jennifer Lopez, après un concert à Miami donné par la chanteuse pour la candidate.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants