2 min de lecture États-Unis

Présidentielle américaine 2020 : comment fonctionne un "caucus" ?

ÉCLAIRAGE - L'État de l'Iowa ouvre le bal des "caucus" le 3 février prochain. Cette tradition de la présidentielle américaine est aussi un système de scrutin méconnu en France. Comment fonctionnent-ils ?

Illustration d'un "caucus" dans l'Iowa le 1er février 2016
Illustration d'un "caucus" dans l'Iowa le 1er février 2016 Crédit : Michael B. Thomas / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

C'est l'une des nombreuses subtilités de la vie politique américaine : le "caucus". Dix mois avant l'élection présidentielle américaine, la saison des "caucus", à l'issue de laquelle se verront désigner le candidat républicain et démocrate, démarre.

Et comme à chaque fois, l'État de l'Iowa est le premier à entrer en scène (3 février), avant le Wyoming, le Nevada, le Kansas ou encore l'État de Washington. Cette tradition américaine quelque peu dépassée est progressivement abandonnée par les États au profit des primaires.

Il faut dire que les caucus demeurent un système de scrutin quelque peu archaïque dans une société marquée par la communication de masse. Défini comme "une réunion entre voisins" par le Figaro, dans les caucus il n'existe pas un seul conseil, mais une multitude de réunions dans les différents quartiers des États. 

1. Comment ça marche ?

Les caucus obligent le rassemblement physique des électeurs à une date précise, dans des "bureaux de vote" installés dans des gymnases, des églises, des bibliothèques ou encore des écoles. Le procédé diverge en fonction des républicains et des démocrates. Après un discours des représentants des candidats, les républicains sont amenés à voter à bulletin secret.

À lire aussi
L'entreprise SpaceX est spécialisée dans les vols spatiaux (Illustration) Propulsé
SpaceX : le début d'une ère du tourisme spatial ?

Côté démocrate, la procédure est encore plus compliquée. Après les formalités initiales, les partisans de chaque candidat se rassemblent physiquement dans une zone de la pièce où se déroule la réunion. Ils votent donc, littéralement, "avec leurs pieds", le plus souvent dans un joyeux chaos. Les groupes qui arrivent en dessous du seuil de viabilité, soit 15% du nombre de personnes, sont éliminés.

Dès lors, leurs partisans doivent soit rejoindre d'autres groupes, soit s'en aller. À l'issue du réalignement, les groupes sont comptés et leur sont attribués un nombre de délégués proportionnel à leur taille. 

2. Qui peut voter ?

Ce scrutin est ouvert à tous les citoyens âgé de 18 ans et ceux qui auront 18 ans avant le 8 novembre, date du lancement de l'élection présidentielle. Autre obligation sine qua non ? Être affilié au parti ou s'inscrire à l'entrée du caucus.

Dans l'Iowa, comme dans de nombreux États, les électeurs sont inscrits sur les listes électorales comme démocrate, républicain, ou sans étiquette. Sur les 3,1 millions d'habitants, il y a environ 584.000 électeurs démocrates actifs, 612.000 républicains actifs et 727.000 "sans parti" actifs.

En revanche, les caucus imposent une présence physique lors de la tenue des conseils. Les personnes absentes ne peuvent pas bénéficier d'une procuration. Un procédé qui fait lourdement chuter les taux de participation. Celui-ci était d'environ 20% pour les républicains en 2012, et 39% pour les démocrates en 2008, année marquée par le duel entre Barack Obama et Hillary Clinton.

3. L'Iowa, un État déterminant ?

L'Iowa est, depuis le cycle d'élections de 1976, l'État qui se prononce le premier sur les candidats à la présidentielle américaine. Une précision importante alors que ce vote donne le ton pour la suite des primaires même si une victoire dans cet État ne garantit pas un succès final.

Chez les démocrates, depuis Bill Clinton en 1996, les vainqueurs des caucus de l'Iowa ont toujours remporté la primaire mais les résultats sont beaucoup plus partagés chez les républicains. Il faut remonter à l'an 2000 pour que le vainqueur de l'Iowa, George W. Bush, soit au final le candidat retenu par le parti à l'issue des primaires. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Donald Trump
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants