1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Plus de 8 milliards de personnes pourraient être menacées par la dengue et le paludisme d'ici 2080
1 min de lecture

Plus de 8 milliards de personnes pourraient être menacées par la dengue et le paludisme d'ici 2080

VU DANS LA PRESSE - Chaque année, 400.000 personnes meurent du paludisme dans le monde, tandis que 20.000 autres décès sont causés par la dengue.

Le moustique tigre propage la dengue, le virus Zika ou encore le chikungunya.
Le moustique tigre propage la dengue, le virus Zika ou encore le chikungunya.
Crédit : EID MEDITERRANEE / AFP
Florine Boukhelifa

Selon les chercheurs, jusqu'à 4,7 milliards de personnes supplémentaires pourraient être menacées par les deux maladies les plus répandues dans le monde, transmises par les moustiques. Une étude britannique publiée jeudi 1er juillet dans la revue Lancet Planetary Health révèle que, si les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter, plus de 8 milliards de personnes pourraient être exposées au paludisme et à la dengue d'ici 2080.

Alors que le paludisme tue plus de 400.000 personnes chaque année, et la dengue 20.000, ces recherches, relayées par The Guardian, expliquent que les saisons de transmission de ces deux maladies pourraient être allongées. Plus d'un mois pour la première et de quatre pour la seconde dans les cinquante prochaines années, menaçant ainsi des milliards de personnes supplémentaires.

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs se sont basés sur des projections d'une croissance démographique d'environ 4,5 milliards d'habitants sur la même période, d'ici 2080, ainsi qu'une augmentation de la température d'environ 3,7° à l'horizon 2100. "Ce travail suggère fortement que la réduction des émissions de gaz à effet de serre pourrait empêcher des millions de personnes de contracter le paludisme et la dengue", en conclut Felipe J Colón-González, l'un des auteurs du rapport.

Réduire les contacts entre les moustiques et l'Homme

"Les efforts actuels de lutte contre le paludisme et la dengue reposent en grande partie sur le contrôle des populations de moustiques et la réduction des contacts entre les moustiques et les personnes", poursuit-il. "Si les campagnes de réduction des moustiques peuvent être efficaces, elles sont difficiles à maintenir, en particulier dans les pays à faible revenu où les rares ressources doivent être réparties entre la lutte et le traitement", indique Felipe J Colón-González.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/