2 min de lecture Carburants

Pétrole : l'OPEP et la Russie veulent limiter la production, les prix menacés

L'OPEP et la Russie fournissent la moitié du pétrole de la planète et vont tout faire pour maintenir le prix du baril au plus haut niveau.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Pétrole : l'OPEP et la Russie veulent limiter la production, les prix menacés Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau édité par Cassandre Jeannin

Réunis mardi 2 juillet à Vienne en Autriche, l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et la Russie vont faire front commun pour limiter la production de pétrole dans les mois à venir. Les prix risquent d'être menacés. 

Ensemble, ils fournissent la moitié du pétrole consommé sur la planète et vont tout faire pour maintenir le prix du baril à un niveau le plus élevé possible en fonction de la conjoncture. Cette stratégie du petit garrot a déjà été mise en œuvre avec succès depuis décembre dernier puisqu’elle a permis une envolée des cours de 30% au premier trimestre 2020. 

On a connu des partenariats plus harmonieux sur le plan géopolitique mais celui-ci à une vertu : le réalisme financier. Les 24 pays membres de l’OPEP tout comme la Russie sont des économies extrêmement dépendantes du prix de l’or noir, un baril sous les 40 dollars se traduit mécaniquement par des dérapages profonds de leurs finances publiques et donc de leurs marges de manœuvre financières et sociales. 

Or, depuis quelques mois, la demande globale s’affaisse pour cause de conjoncture morose et l’Amérique de Donald Trump actionne ses puits d’huile de schistes à des niveaux hors normes. Résultat : le prix du baril n’est plus très ferme. Il fallait donc réagir pour obtenir un brut autour de 65 dollars. Moscou a organisé la contre-attaque et la réunion de Vienne vient de la couronner.

Les prix du carburant vont-ils flamber ?

À lire aussi
Le Premier ministre Édouard philippe assemblée nationale
Huile de palme : Édouard Philippe demande un second vote

La Russie est le deuxième producteur mondial derrière les États-Unis. L’OPEP seule pèse moins de 30% du marché. L’organisation n’est plus en mesure de peser sur les cours et les anticipations des investisseurs. De fait, sans Moscou, l’OPEP manque de muscles pour orienter durablement le prix du pétrole.

On ne fera donc pas le plein de carburant à bas coût ça c’est une certitude. Pour le reste, le brut reste la matière première la plus sensible aux remous politiques. Si les tensions entre l’Iran, l'Arabie Saoudite et Washington s’emballent tout est possible. 

Les Plus

21 millions de passages aux urgences en 2017, selon le dernier pointage. Il n'y a en France que 400.000 lits disponibles et la situation ne s'améliore pas. Un chiffre qui explique en partie les tensions dans les hôpitaux. 

La SNCF va perdre le monopole de la gestion des TER dans nos régions. 

La Note

6/20 aux promoteurs des trottinettes électriques de Paris : 50% de ces petites machines na passeront pas l'été. Six des douze opérateurs qui ont envahi la capitale sont en mauvaise passe. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Carburants Pétrole Russie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants