1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : vive polémique sur les "camps de concentration" pour migrants
2 min de lecture

États-Unis : vive polémique sur les "camps de concentration" pour migrants

ÉCLAIRAGE - La comparaison faite par l'élue de New-York Alexandria Ocasio-Cortez d'un camp de migrants à la frontière des États-Unis avec les conditions de détention des camps de la Shoah suscite une vive polémique.

Alexandria Ocasio-Cortez à Clint (Texas) dénonce les conditions de détention d'enfants migrants le 2 juillet 2019
Alexandria Ocasio-Cortez à Clint (Texas) dénonce les conditions de détention d'enfants migrants le 2 juillet 2019
Crédit : Luke MONTAVON / AFP
Un Air d'Amérique du 02 juillet 2019
03:51
Philippe Corbé - édité par Joanna Wadel

Des élus démocrates du Congrès américain ont eu accès, comme c'est leur droit, à un centre de détention de migrants près d’El Paso au Texas dont les conditions sanitaires ont été mises en cause. À la frontière mexicaine, le nombre de migrants augmente, 144.000 juste pour le mois de mai, inédit depuis 13 ans. 

Des enfants ont été séparés de leurs parents. Certains petits retenus dans des cages. Ces dernières heures, une agence de contrôle gouvernemental a diffusé de terribles photos. On y voit des enfants en bas âge enfermés avec des adultes dans des cages, "entassés" tant ils sont nombreux, au point parfois qu’ils doivent rester debout faute de place. 

Lors des visites, ils frappent sur la porte pour demander de l’aide. Les inspecteurs ont découvert des conditions sanitaires déplorables, les enfants ne peuvent se laver ou être nourris convenablement. Un officiel évoque même une « bombe à retardement ».

Pourquoi parler de "camp de concentration" ?

Parmi eux, Alexandria Ocasio-Cortez (AOC), nouvelle idole de la gauche du parti, affirme même que certains n’ont d’autre choix pour boire que l’eau des toilettes, ce que conteste l’administration en charge du centre, mais qu'elle persiste à maintenir. La semaine dernière, la représentante new-yorkaise a comparé les conditions de détention des migrants près de la frontière à des "camps de concentration"

À lire aussi

Cela a conduit le Musée Mémorial de l’Holocauste à contester cette comparaison. AOC a précisé qu’elle n’évoquait pas directement la Shoah, mais les camps de concentration bâtis par les Américains pour les prisonniers japonais.

D'un autre côté, un grand nombre de chercheurs, historiens, intellectuels, signent une tribune pour dénoncer cette réaction du Musée Mémorial, en insistant sur la nécessité que la mémoire de l’Holocauste serve aussi de référence et de rappel pour ne pas revivre l’horreur de la Shoah. 

Un groupe Facebook "raciste et violent"

Quant au New York Times, le journal publie une tribune où l’auteure ne compare pas ces camps aux camps nazis, mais aux camps de détentions du régime de Vichy. Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes ce mardi pour demander la fermeture de ces centres.

En parallèle, le site d’information indépendant Pro Publica a découvert un groupe privé Facebook avec 9.000 membres, essentiellement des agents de cette administration de la police aux frontières, qui s’échangeaient des blagues et des commentaires injurieux et racistes sur les migrants. Un groupe qualifié de "raciste et violent" par Alexandria Ocasio-Cortez sur Twitter. La police aux frontière le reconnait "inapproprié". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/