1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "Paradise Papers" : Total accusé d'échapper en partie à l'impôt
1 min de lecture

"Paradise Papers" : Total accusé d'échapper en partie à l'impôt

Total embarqué dans le scandale des "Paradise Papers". Le géant pétrolier français détient plusieurs filiales implantées aux Bermudes, ce qui lui permet d'échapper à la fiscalité française.

Le logo du groupe pétrolier Total, le 23 novembre 2012 à Paris
Le logo du groupe pétrolier Total, le 23 novembre 2012 à Paris
Crédit : AFP / ERIC PIERMONT
Paradise Papers : Total accusé d'échapper en partie à l'impôt
01:18
Martial You & Sarah Belien

Après Apple et Nike, c'est l'entreprise pétrolière française qui s'avère être un champion de l'évasion fiscale. Le groupe pétrolier compte plus de 900 filiales à travers le monde, dont une quinzaine aux Bermudes. Des milliards d'euros de bénéfices y transitent et une bonne partie échappe évidemment à l'impôt.

Les "Paradise Papers", nouvelle enquête menée par le Consortium des journalistes d'investigation (ICIJ), a mis à jour des centaines de documents administratifs autour de la gestion des filiales bermudiennes de Total. La question était de savoir à quoi servent ses filiales sur ces îles atlantiques.

Le groupe se défend en assurant que toutes ces filiales n'ont pas été ouvertes pour des raisons fiscales mais pour éviter le risque de change. Le marché du pétrole et de gaz se négociant en dollars, la conversion d'importantes sommes d'argent aurait un impact trop conséquent. Par ailleurs, Total assure que depuis 2012, il ferme progressivement toutes ses filiales dans les paradis fiscaux... Il n'en resterait plus qu'une dizaine.

Des bénéfices non taxés

L'enquête des "Paradise Papers" montrent que de nombreuses sociétés, basées dans des paradis fiscaux ou des pays pétroliers dont la politique fiscale est plutôt arrangeante, obtiennent des bénéfices sous forme de dividendes qui ne sont pas soumis aux taxes. Cependant, ces bénéfices, censés être déjà taxés, ne peuvent plus l'être en France, car on ne taxe pas deux fois un même produit.

À lire aussi

L'argument défendu par Total, consistant à dire que l'entreprise ferme ses filiales dans les pays semblables aux Bermudes, est cependant bancal. D'autres filiales ouvrent aux Pays-Bas, connu pour être un paradis fiscal européen pour les entreprises, avec des avantages notoires sur les gains financiers.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/