1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Otan : ce qu'il faut retenir de la rencontre Macron-Trump
2 min de lecture

Otan : ce qu'il faut retenir de la rencontre Macron-Trump

ÉCLAIRAGE - Après la polémique entre Trump et Macron, et les propos "insultants" sur la "mort cérébrale" de l'Otan, les deux présidents ont donné une conférence de presse commune mardi 3 décembre en marge du sommet de l'Alliance qui se tient à Londres jusqu'à mercredi.

Emmanuel Macron et Donald Trump, le 3 décembre 2019
Emmanuel Macron et Donald Trump, le 3 décembre 2019
Crédit : Nicholas Kamm / AFP
Thomas Pierre & Pierre Julien

Leurs retrouvailles s'annonçaient crispées. La rencontre bilatérale entre Donald Trump et Emmanuel Macron, en marge du sommet de l'Otan, aura au moins eu le mérite de jouer carte sur table pour les deux dirigeants. Près de 40 minutes durant, les présidents français et américains sont revenus, lors d'une conférence de presse commune, sur les sujets de discordes entre les deux puissances. 

En premier lieu, Emmanuel Macron a maintenu ses propos sur l'Otan qu'il a jugée en état de "mort cérébrale", à la grande irritation de ses pairs, peu avant l'ouverture d'un sommet de l'Alliance à Londres. "Je suis content que ma déclaration ait provoqué des réactions, je voulais secouer tout le monde", a réaffirmé Emmanuel Macron. 

Des propos pourtant qualifiés quelques heures auparavant de "très insultants" par le président américain. C'est donc non sans une certaine tension que la rencontre s'est déroulée. 

Des divergences majeures

Emmanuel Macron a souligné les différences qui existent sur l'Otan entre Paris et Washington. Des différences qui ne sont pas minimes. L'Alliance a évolué : son avenir, son importance méritent clarification et précision alors que l'Europe tente de se doter de ses propres moyens d'intervention. 

À lire aussi

Le président a ainsi maintenu son constat : l'Otan est malade et doit être soigné. Un diagnostic que réfute Donald Trump qui menace une nouvelle fois Français et Européens de renvoyer les terroristes islamistes, citoyens de ces pays, chez eux.

Vous voulez plus de combattants jihadistes? Je peux vous en donner..."

Donald Trump à Emmanuel Macron

"Beaucoup d'entre eux viennent de France, d'Allemagne, du Royaume-Uni, principalement d'Europe. Je n'ai pas encore parlé de cela avec le président (Macron)", affirme Donald Trump. "Vous voulez plus de combattants jihadistes? Je peux vous en donner. Vous pouvez prendre celui que vous voulez", ironise-t-il alors. 

Dans cette rugueuse partie de ping-pong, Emmanuel Macron a répondu qu'il traiterait ces jihadistes au cas par cas, le sort des enfants étant à ses yeux différents. Et le président américain de tacler son homologue : "C'est la meilleure non-réponse que j'aie jamais entendue !"

Taxes sur les produits français ?

Pour autant, cette tension palpable n'a pas entravé les différentes discussions sur les autres différends franco-américains. Lundi, la France, s'est vue menacée de nouvelles représailles douanières par Washington, ciblant cette fois champagnes, roqueforts, maroquinerie et cosmétiques, en réponse à l'instauration en France d'une taxe sur les géants américains du numérique (Gafa).

Donald Trump et Emmanuel Macron ont néanmoins estimé pouvoir régler ce conflit commercial à l'amiable. "Nous avons un différend mineur. Je pense que nous allons probablement pouvoir le surmonter", a déclaré Donald Trump. "Je pense qu'avec le président Trump nous pouvons régler cette situation", a également estimé le président français.

La Russie figurait également à l'ordre du jour des discussions des deux dirigeants, le président français appelant à un dialogue stratégique avec Moscou. "Nous devons initier un dialogue sans naïveté avec la Russie pour réduire la conflictualité" avec ce pays, réclamant au préalable des "avancées" sur le règlement de la crise entre la Russie et l'Ukraine.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/