2 min de lecture Daesh

Otage de l'EI : la Jordanie "prête à tout" pour sauver son pilote

Au lendemain de l'exécution par l'EI d'un otage japonais, la Jordanie a réaffirmé sa détermination à sauver son pilote.

Safi al-Kassasbeh, le père du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh capturé le 24 décembre par l'État islamique, le 28 janvier 2015 à Amman.
Safi al-Kassasbeh, le père du pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh capturé le 24 décembre par l'État islamique, le 28 janvier 2015 à Amman. Crédit : KHALIL MAZRAAWI / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Après l'exécution samedi de l'otage japonais par l'État islamique, la Jordanie a affirmé ce dimanche 1er février sa détermination "à tout faire" pour sauver la vie de son pilote, aux mains du groupe islamiste depuis plus d'un mois.

Amman "fera tout pour sauver et libérer son pilote" Maaz al-Kassasbeh, a assuré un porte-parole du gouvernement, cité par l'agence officielle Petra. "Tous les organismes de l’État sont mobilisés pour obtenir une preuve qu'il est toujours en vie afin d'assurer son retour au pays".

L'exécution de Kenji Goto vivement condamné

Le porte-parole a également assuré que la Jordanie n'avait "épargné aucun effort, en coordination avec le gouvernement japonais, pour sauver la vie" de Kenji Goto, l'otage japonais que l'EI a affirmé samedi avoir décapité.

Lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre nippon Shinzo Abe, le roi Abdallah II de Jordanie a condamné un "acte criminel et lâche n'ayant aucun rapport avec l'islam ni avec ses nobles préceptes", selon un communiqué du palais royal.

À lire aussi
Fabien Clain, l'un des deux frères Toulousains qui ont revendiqué les attentats du 13 Novembre à Paris. jihadisme
Terrorisme : l'aînée du clan Clain jugée pour avoir tenté de rejoindre la Syrie

Le roi a aussi affirmé que "les efforts de tous en Jordanie sont tournés vers la libération de Maaz al-Kassasbeh" et appelé à une "solidarité internationale face à l'extrémisme et le terrorisme".

La vie du pilote jordanien contre la libération d'une jihadiste irakienne

Le père du pilote capturé fin décembre par l'EI a exprimé "sa solidarité" avec la famille de l'otage japonais décapité et a formulé l'espoir que son fils soit toujours en vie. "Maaz est notre fils et il est aussi le fils de l'armée, l'État (jordanien) est responsable de sa vie", a dit Safi al-Kassasbeh.

Maaz al-Kassasbeh, que l'EI menace d'exécuter si Amman ne libère pas une jihadiste irakienne, a été capturé par l'EI après l'accident de son F-16 en Syrie, où il menait un raid dans le cadre de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Des preuves de vie exigées

Depuis plusieurs jours, Amman exige une preuve que son pilote est vivant avant d'envisager de libérer cette prisonnière irakienne, Sajida Al-Rishawi, condamnée à mort pour son implication dans des attentats ayant fait 60 morts en Jordanie en 2005.

Dans un ultimatum qui avait expiré jeudi, le groupe ultra-radical menaçait de tuer Maaz al-Kassasbehsi la Jordanie ne relâchait pas Mme Rishawi en échange du journaliste Kenji Goto, enlevé à l'automne en Syrie.

La vidéo diffusée samedi dans laquelle l'EI affirme avoir décapité Goto ne fait toutefois aucune mention du pilote jordanien. Dans un enregistrement diffusé le 24 janvier, l'EI a affirmé avoir exécuté un premier otage japonais, Haruna Yukawa, capturé en août en Syrie avant que M. Goto ne parte à sa recherche et ne soit enlevé à son tour.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Daesh Jordanie Otages
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants