1 min de lecture International

Nigeria : plus de 300 enfants violés et torturés dans une école coranique

Dans une école coranique du Nigeria, plus de 300 enfants ont été violés et torturés dans "des conditions inhumaines et dégradantes" avant d'être secourus par les forces de l'ordre.

Carte du Nigeria
Carte du Nigeria
Louis Rigaudière et AFP

Une sordide affaire. Le Nigeria a découvert avec effroi vendredi l'existence d'une école coranique à Kaduna (nord), où plus de 300 garçons, dont des mineurs, étaient victimes de torture et de viol, avant d'être secourus par la police. 

Lors d'une descente menée jeudi soir dans une maison du quartier Rigasa, la police de Kaduna a découvert plus de 300 élèves et étudiants de "nationalités différentes" enfermés et enchaînés dans ce que les médias appellent désormais "la maison de l'horreur". 

Les responsables de l'établissement les faisaient vivre dans "des conditions inhumaines et dégradantes sous couvert de leur apprendre le Coran et de les redresser" pédagogiquement, a expliqué à l'AFP le porte-parole de la police de l'Etat de Kaduna, Yakubu Sabo. 

Le propriétaire de l'établissement et ses six assistants ont été arrêtés, a-t-il précisé. 
"Nous avons trouvé une centaine d'étudiants, dont des enfants de neuf ans à peine, enchaînés dans une petite pièce, dans le but de les corriger et de les responsabiliser", a déclaré M. Sabo.  

À lire aussi
Un employé emballant du cannabis dans l'une des toutes premières boutiques légales du pays : Hemp Embassy, à Milan cannabis
Italie : le Parlement légalise le cannabis "light"

"Les victimes ont été maltraitées. Certaines d'entre elles ont déclaré avoir été violées par leurs professeurs", a déclaré Sabo. La police a également trouvé une "chambre de torture", où des élèves étaient suspendus à des chaînes et battus lorsque les enseignants estimaient qu'ils avaient commis une faute. Le raid policier a été lancé à la suite de plaintes répétées de voisins qui se doutaient que quelque chose d'anormal se passait à l'intérieur de l'école. 

Les parents de certaines victimes originaires de Kaduna, convoqués par la police, ont été "choqués et horrifiés" quand ils ont vu l'état de leurs enfants, car ils n'avaient aucune idée de ce que qu'ils vivaient, selon le porte-parole. Ils apportaient régulièrement de la nourriture à leurs enfants et étaient autorisés à les voir une fois tous les trois mois.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Nigeria École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants