1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Nigeria : Boko Haram revendique l'enlèvement de centaines de lycéens
1 min de lecture

Nigeria : Boko Haram revendique l'enlèvement de centaines de lycéens

Des centaines de lycéens ont été kidnappés dans la nuit du 11 au 12 décembre et au moins 333 adolescents sont toujours portés disparus. Boko Haram a revendiqué l'enlèvement.

Des lycéennes nigériennes enlevées en 2014 par Boko Haram
Des lycéennes nigériennes enlevées en 2014 par Boko Haram
Marie Gingault
Marie Gingault
Journaliste

Un pensionnat situé à Kankara, dans l'État de Katsina dans le nord-ouest du Nigeria, a été attaqué dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 décembre. Au moins 333 adolescents sont actuellement toujours portés disparus. Boko Haram vient de revendiquer ces enlèvements. 

Dans la nuit, cette école publique rurale a été attaquée par plus d'une centaine d'hommes armés à moto. Certains lycéens ont réussi à s'échapper, mais les autres ont rapidement été rattrapés, séparés en différents groupes et emmenés par les assaillants, ont raconté des habitants à l'AFP.

Cet enlèvement n'est pas sans rappeler celui de Chibok, survenu dans un internat en 2014. 276 lycéennes avaient alors été kidnappées. "Je suis Abubakar Shekau et nos frères sont derrière l'enlèvement à Katsina", a déclaré le chef historique du groupe jihadiste. Ce message de revendication a été diffusé selon les canaux traditionnels de Boko Haram. Ce kidnapping avait initialement été attribué aux "bandits", des groupes armés qui terrorisent les populations dans cette région instable, où les enlèvements contre rançons sont fréquents.

Toutes les écoles de l'État de Katsina fermées

En revendiquant ce nouvel enlèvement, Boko Haram prouve l'influence des groupes jihadistes dans le nord-ouest du pays ainsi qu'un tournant important et inquiétant. En effet, de nombreux experts avaient prévenu d'un possible rapprochement entre les "bandits" et les groupes jihadistes. Ces derniers étendent leur influence dans toute la région sahélienne, du centre Mali au Lac Tchad. 

À lire aussi

Le chef d'État nigérian, Muhammadu Buhari, lui-même originaire de Katsina et en visite dans sa famille au moment du kidnapping a fermement condamné l'attaque. Il a par ailleurs ordonné le renforcement de la sécurité dans toutes les écoles. Tous les établissements de la région ont pour leur part été fermés. 

Au total, 36.000 personnes seront décédées du conflit jihadiste dans le nord-est du pays et plus de deux millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/