2 min de lecture Mort de Chirac

Mort de Jacques Chirac : il était le plus américain des présidents français

Après son refus d'entrer en guerre contre l'Irak, l'ancien chef de l'État a été accusé par certains Américains d'organiser une coalition contre les États-Unis et d'être anti-Américain.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Mort de Jacques Chirac : il était le plus américain des présidents français Crédit Image : FRANCE 3 / AFP | Crédit Média : La rédaction de RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Cassandre Jeannin

L’un des aspects les plus salués depuis le décès de Jacques Chirac, c’est sa décision de dire "non" à la guerre en Irak. Les Américains retiennent sa "défiance", vis-à-vis des États-Unis en 2003. Il lui a été reproché de prendre la tête, d’organiser une coalition contre l’Amérique, en menaçant de mettre son veto au Conseil de Sécurité de l’ONU, comme il annonçait le 10 mars 2003 à l’Élysée.

Il avait eu l’occasion à plusieurs reprises de mettre en garde le président Bush, il lui a dit notamment qu’il allait déstabiliser le Moyen-Orient pour plusieurs décennies. Et il avait raison. De la Syrie, à l’Iran, des printemps arabes à Daesh, il avait pressenti ce qui allait se passer, ce que nous vivons aujourd’hui.

Mais l’Amérique, ou plus précisément l’Amérique conservatrice, à des fins de propagande, l’a désigné comme l’ennemi, a voulu faire croire qu’il était anti-Américain.

Jacques Chirac était-il anti-Américain ?

Sa culture et son goût de l’histoire des civilisations l’ont aidé à comprendre mieux que d’autres les fragilités de l’empire américain. De manière générale, il ne croyait pas à l’idée d’une suprématie de l’Occident.

À lire aussi
Messe de funérailles de Jacques Chirac en l'église Saint-Sulpice à Paris le 30 septembre 2019 église
Jacques Chirac : les coulisses de la cérémonie d'hommage

Mais il avait été le premier dirigeant étranger à se rendre à Ground Zero à New-York quelques jours après le 11 septembre, à survoler le site en hélicoptère avec le maire Rudy Giuliani, à se recueillir sur le site des tours jumelles. Jacques Chirac était le plus Américain des présidents jusqu’alors, en tout cas celui qui connaissait le mieux l’Amérique.

Il a vécu aux États-Unis en 1953. Il a a passé un semestre à Harvard, comme il le racontait, en anglais, lors de sa première visite comme président à la Maison Blanche, avec Bill Clinton. Il expliquait qu’il avait travaillé dans un restaurant Howard Johnson, à la plonge puis comme serveur. Il s’est même fiancé avec une Américaine, a voyagé de Boston à la Nouvelle-Orléans, puis San Francisco en Californie. 



Jacques Chirac admirait l’Amérique. En 1967, quand il était secrétaire d’État à l’Emploi, l’ambassadeur américain à Paris a souhaité le rencontrer. Il a fait savoir à sa hiérarchie qu’il y avait au sein du pouvoir gaulliste, si défiant vis-à-vis de l’Amérique, que le général était sorti du commandement intégré de l’OTAN. Il y a fait un jeune ambitieux, "plus américain que les Américains", indique le rapport envoyé à Washington.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mort de Chirac Jacques Chirac États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants