1 min de lecture Maroc

Maroc : un enfant de 11 ans enlevé, violé, tué et enterré

Le corps d'un enfant de 11 ans, disparu lundi 7 septembre, a été retrouvé dans la nuit de vendredi à samedi à Tanger au Maroc, suscitant l'émoi de tout le pays.

Adnane Bouchouf
Adnane Bouchouf Crédit : Capture Twitter @2MInteractive
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

Le Maroc réclame "justice pour Adnane", depuis la découverte dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 septembre, du corps de cet enfant de 11 ans à Tanger. Disparu depuis le lundi 7 septembre, ce petit garçon a été enlevé, violé, tué, puis enterré. Depuis, l'émotion est grande dans le pays où plusieurs voix réclament la peine de mort pour le "monstre" qui a tué le "petit Adnane".

Son corps a été retrouvé enterré sous un arbre près de chez lui, dans un quartier populaire de Tanger. Après sa disparition, sa famille avait alerté la police et son portrait avait été massivement diffusé sur les réseaux sociaux. Des internautes ont relayé des images de mauvaise qualité, extraites d'une caméra de surveillance, où on le voit marcher aux côtés d'un inconnu.

L'homme, un ouvrier de 24 ans travaillant dans l'immense zone industrielle de la ville portuaire de Tanger, a été identifié et interpellé pour "homicide volontaire sur mineur avec attentat à la pudeur", a annoncé à l'AFP la DGSN, la police marocaine. Selon l'enquête préliminaire, "le mis en cause a emmené la victime dans un appartement qu'il loue dans le même quartier, l'a agressée sexuellement et commis l'homicide volontaire", avant de l'enterrer à proximité.

Appel à la peine de mort

Un sit-in a mobilisé dimanche 13 septembre, des centaines de personnes à Tanger, avec des appels à "exécuter le meurtrier d'Adnane". Sur les réseaux sociaux, les appels à la peine de mort se multiplient à coups de pétitions indignées. La peine capitale est toujours en vigueur dans le royaume mais n'est plus appliquée depuis 1993. Son abolition fait débat et les appels à exécution resurgissent quand de grandes affaires mobilisent l'opinion publique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maroc Viol Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants