3 min de lecture Terrorisme

Attaque à Londres : le point sur la situation

Deux jours après l'attaque meurtrière survenue vendredi 29 novembre dans la capitale anglaise et après sa revendication par l'État islamique, le Premier ministre a précisé le durcissement qu'il veut opérer pour les auteurs d'actes terroristes.

Un officier de police scientifique près du London Bridge le 30 novembre 2019, suite à l'attaque terroriste survenu la veille.
Un officier de police scientifique près du London Bridge le 30 novembre 2019, suite à l'attaque terroriste survenu la veille. Crédit : Niklas HALLE'N / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
et AFP

Les habitants de Londres sont encore sonnés ce samedi 30 novembre. Au lendemain de l'attaque qui a fait 3 morts, dont l'assaillant, à London Bridge, on en sait un peu plus sur les faits, le profil de l'assaillant ainsi que l'état de santé des victimes hospitalisées. Le gouvernement s'est également exprimé. Le groupe État islamique a revendiqué l'attaque, indiquant que l'homme l'a commise "en réponse aux appels à cibler les habitants des pays de la coalition internationale" anti-EI.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a pris la parole à propos de l'attaque, qualifiée de terroriste par la police, et s'est engagé à revoir le système des libérations anticipées. L'auteur de la tuerie était un ancien prisonnier condamné pour terrorisme, en liberté conditionnelle. Il a ajouté dimanche vouloir instaurer un emprisonnement minimum de 14 ans pour les individus auteurs d'infractions terroristes sans remise de peine possible. "Ces simples changements, conformes à ce que je dis depuis que je suis devenu Premier ministre auraient permis d'éviter cet attentat", a-t-il estimé.

Usman Khan participait, peu avant l'attaque, à une conférence organisée par l'université de Cambridge sur la réhabilitation des prisonniers. Elle se déroulait dans le Fishmongers' Hall, au nord du London Bridge, à l'endroit où des attentats avaient déjà eu lieu en 2017. Il est passé l'acte peu après, tuant deux personnes.

Trois personnes ont également été blessées et sont encore hospitalisées ce samedi mais leur état de santé est stable. L'état de la personne la plus gravement blessée s'est amélioré selon un des responsables du National Health Service.

Le tueur arrêté par des passants

À lire aussi
Un soldat français de la force Barkhane au Sahel. opération Barkhane
Les infos de 8h - Terrorisme : des enfants soldats attaquent les militaires français au Sahel

Fait marquant de ce terrible incident, c'est l'intervention de passants pour tenter de contrôler l'assaillant. Sur des vidéos diffusées sur Twitter, on peut voir cinq ou six personnes tentant d'immobiliser le tueur au sol en lui arrachant son arme. L'un d'eux s'est muni d'un extincteur, l'autre une dent de narval, qui est la défense d'un cétacé surnommé licorne des mers, et longue d'environ 1 mètre 50. Quelques minutes après, les forces de l'ordre ont abattu le tueur.

Thomas Gray, un témoin présent parmi les passants, a raconté la scène à la chaîne ITV News. "Il y avait cinq gars qui se battaient avec un autre homme et l’avaient immobilisé au sol. J’ai demandé ce qui se passait et quelqu’un a dit que l’homme à terre venait de poignarder deux femmes. J’ai vu qu’il avait deux couteaux de cuisine avec des lames d’environ 20 cm de long. Un dans chaque main. L’un des couteaux semblait être attaché à sa main par du ruban adhésif", a-t-il rapporté.

Qui est l'assaillant ?

La police a identifié l'assaillant comme étant Usman Khan. Un homme de 28 ans, condamné en 2012 pour des infractions terroristes et remis en liberté conditionnelle après avoir effectué la moitié de sa peine. Dans la nuit suivant les faits, la police s'est rendu a son domicile dans le comté de Staffordshire, dans le centre de l'Angleterre, pour une perquisition.

L'homme avait été condamné à 16 ans de prison pour son appartenance à un groupe terroriste qui voulait commettre un attentat à la bombe à la bourse de Londres et établir un camp d'entrainement terroriste au Pakistan.

L'enquête toujours en cours

Dans une conférence de presse ce samedi, le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu, a déclaré que les enquêteurs n'ont "trouvé absolument aucune preuve qui démontrait qu'une autre personne est impliquée."
Le gouvernement compte bien faire la lumière sur les circonstances ayant permis à l'assaillant de mener cette attaque meurtrière dans les rues de Londres. "Après tout événement de ce genre, il doit y avoir une évaluation complète et une tentative de tirer les leçons", a déclaré le secrétaire d'État chargé de la Sécurité, Brandon Lewis, à la BBC. Ce dernier a refusé de dire si cette attaque constitue un "échec" pour les autorités.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Londres Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants