2 min de lecture Algérie

Les infos de 18h - Algérie : deux ans après le Hirak, les manifestants dans la rue

À Alger, Constantine ou Oran, le peuple réclame à nouveau le départ du régime. Le président Tebboune a promis des élections législatives dans les mois à venir, sans convaincre.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le journal RTL de 18h du 22 février 2021 Crédit Image : RYAD KRAMDI / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christophe Decroix
Christophe Decroix édité par Maeliss Innocenti

Deux ans après le Hirak, mouvement de contestation massif en Algérie qui a fait tomber le président Bouteflika, de nouvelles manifestations sont organisées dans les rues des grandes villes algériennes. Cela faisait un an que la pandémie avait mis les manifestants en sourdine, mais ils sont revenus nombreux.

Malgré le coronavirus et la pluie, les manifestants sont descendus par milliers dans les rues d'Alger, mais aussi d'Oran, Béjaîa, Constantine ou encore Sétif. La police a bien cherché à couper les routes, procédant parfois à des interpellations musclées, mais cela n'a pas empêché les manifestants de demander une nouvelle fois le départ du régime.

Pour eux, comme pour Abdelouahab Fersaoui, président du Rassemblement action jeunesse, le mouvement de contestation ne peut s'arrêter là : "Personnellement, je ne vois pas de mesures concrètes pour l'apaisement. Nous avons d'un côté un peuple déterminé dans sa marche vers la liberté et la démocratie, et d'un autre côté le pouvoir qui continue son entêtement et sa politique de fait accompli."

Le président Tebboune a pourtant gracié quelques dizaines d'opposants emprisonnés, et promis des élections législatives dans les prochains mois. Mais Abdelouahab Fersaoui, qui a fait lui-même sept mois de prison, n'y croit pas : "l'Algérie a connu des dizaines d'élections depuis 1989 à ce jour, sans qu'il n'y ait de changement. C'était des élections entachées de fraude. Les médias se sont verrouillés en plus de la répression."

À lire aussi
mort
"Humaniste", "visionnaire" : la classe politique réagit à la mort brutale d'Olivier Dassault

La tension est telle que, selon Amnesty International, certains manifestants auraient même été torturés en prison ces derniers mois.

À écouter également dans ce journal

Coronavirus - Le préfet des Alpes-Maritimes a annoncé un confinement partiel sur le littoral pour les deux prochains week-ends. Les restrictions sont les mêmes que pour le confinement de mars, de vendredi à 18h jusqu'au lundi matin à 6h.

Musique - Après 28 ans de carrière ensemble, les membres du groupe Daft Punk ont décidé de se séparer. Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo ont annoncé la triste nouvelle dans une courte vidéo postée sur YouTube.

Rugby - Avec cinq cas de coronavirus de plus au sein du XV de France, le match contre l'Écosse, troisième journée du tournoi des VI Nations, devient de plus en plus incertain. Un report de la rencontre est envisagé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie Manifestations Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants