1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Le récit incroyable du pilote d'avion qui a survécu 36 jours en Amazonie après un crash
2 min de lecture

Le récit incroyable du pilote d'avion qui a survécu 36 jours en Amazonie après un crash

INVITÉ RTL - Après avoir survécu pendant 36 jours au milieu de la forêt amazonienne, Antonio Sena confie sur RTL comment il a échappé à une mort presque certaine.

Antonio Sena a été retrouvé 38 jours après son crash, il avait perdu près de 25kg
Antonio Sena a été retrouvé 38 jours après son crash, il avait perdu près de 25kg
Crédit : MARCELO SEABRA / BRAZIL'S PARA STATE GOVERNMENT / AFP
Antonio Sena était l'invité de RTL
08:09
Antonio Sena était l'invité de RTL
08:09
Julien Sellier - édité par Nicolas Barreiro

Il s'est retrouvé seul, à la merci de la faune hostile de la forêt amazonienne pendant 36 jours. En mars dernier, Antonio Sena survolait le Brésil aux commandes de son avion lorsque le moteur de l'appareil s'est arrêté. Il est parvenu à atterrir tant bien que mal au milieu de la jungle, à 200km de la ville la plus proche. 

"Le moteur s'est arrêté à mi-chemin", confie le pilote brésilien invité sur RTL. "Au bout de 35 minutes de vol, ce moteur s'est arrêté dans l'une des parties les plus denses de l'Amazonie". C'est alors que l'odyssée d'Antonio Sena débute. "Après l'impact, j'avais encore beaucoup d'adrénaline. J'ai réussi à m'extraire de l'avion, j'ai réussi à récupérer quelques affaires, des choses que je pouvais utiliser dans la forêt, et 15 minutes après, l'avion prenait feu".

"Je n'ai jamais imaginé que j'y resterai aussi longtemps", confie-t-il. "Je me suis dit que j'allais rester ici pendant cinq ou huit jours, c'est la période de sauvetage normalement, donc je suis resté à côté de l'avion pendant cinq jours mais j'ai vu que les équipes de sauvetage passaient au-dessus de moi. Je voyais l'avion passer mais je me suis rendu compte qu'eux ne me voyaient pas". Le survivant se met alors à marcher en direction du soleil, vers l'est, pendant plusieurs jours. "C'est comme ça que j'ai réussi à trouver des gens qui m'ont aidé".

La peur face à la nuit et aux animaux sauvages

Son trajet en direction de l'est n'a pas été de tout repos, notamment pendant les nuits obscures. "La peur du noir et des ombres de la nuit, c'est une peur immense qui m'a pris au corps. Mais après un moment on comprend le mécanisme de la peur. Et au lieu d'être paralysé par la peur, on l'utilise comme un outil pour nous aider à continuer à marcher. La peur était un compagnon de tous les jours".

À lire aussi

Dans son calvaire, Antonio Sena a tout de même bénéficié d'une part de chance en évitant de croiser des animaux dangereux comme les jaguars ou les anacondas. Il a toutefois été confronté à "énormément d'insectes", notamment des araignées. "La nuit, je sentais les insectes marcher sur moi parce qu'il fallait que je dorme par terre", décrit le rescapé.

"J'ai rencontré d'autres animaux, des sangliers, des cerfs, beaucoup de singes", poursuit-il. Ces singes lui ont d'ailleurs été d'une grande aide pour se nourrir. "Quand je suis arrivé, j'ai vu un fruit que je ne connaissais pas et je me demandais si je pouvais le manger ou pas, est-ce que c'était du poison ? Quand j'ai commencé à observer les singes, je me suis dit 'Ils les mangent, je pourrais les manger aussi'", raconte Antonio Sena, "C'est grâce à ça que je me suis nourri pendant très longtemps".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/