3 min de lecture Histoire

Le 13 août 1961, le jour où Berlin se réveille séparée par "le Mur de la honte"

CHRONIQUES DU QUAI D'ORSAY - Le 13 août 1961 au matin, Berlin se réveille coupée en deux, séparée par un "mur de la honte" délimitant le bloc soviétique et le bloc occidental. Une chronique RTL en partenariat avec l’ouvrage "Dans les archives secrètes du quai d’Orsay", aux éditions L'Iconoclaste.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le 13 août 1961, le jour où Berlin se réveille séparée par "le Mur de la honte" Crédit Image : AFP : 000_ARP2354845 | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Pierre Julien édité par Thomas Pierre

Je voudrais vous parler du 13 août 1961, quand Berlin s'est retrouvée séparée en deux. Il faut remonter à la victoire alliée sur le nazisme. Comme le reste du pays, la capitale du Reich a été divisée en quatre zones. Trois étaient occupés par les puissances occidentales : Grande-Bretagne, États-Unis et France. L'Union soviétique de Staline tenait quant à elle la partie orientale qui englobe le centre historique de la ville, fondée au XIIIe siècle. 

Churchill a déjà trouvé la formule qui correspond à ce nouvel état des lieux européens. C'est devant les étudiants de Fulton, dans le Missouri, qu'il a prononcé, le 5 mars 1946, un discours prophétique : "Oui, un rideau de fer s'est bien abattu sur le continent". Le vieux lion, qui n'est plus Premier ministre, s'inquiète du sort des populations désormais sous le joug communiste. 

Il a raison, car deux ans plus tard, l'URSS décide d'asphyxier la cité berlinoise. Tous les accès terrestres reliant la ville sont coupés. L'Amérique et la Grande-Bretagne réagissent aussitôt et organisent des Berliner Luftbrücke, un pont aérien ininterrompu pendant 322 jours. Staline s'avoue vaincu et lève le blocus. Mais désormais, on parlera de deux Allemagnes : la République Fédérale (RFA) qui choisit Bonn pour capitale, et la République Démocratique (RDA). 

Personne n'a l'intention de construire un mur"

Walter Ulbricht, président de la RDA
Partager la citation

La RDA, Walter Ulbricht en est à Berlin son président du Conseil d'État, le 15 juin 1961, lors d'une conférence de presse. On l'interroge sur la possibilité d'y voir ériger un mur. "Personne n'a l'intention de construire un mur", affirme-t-il. Mais en fait, c'est un mensonge éhonté. 

À lire aussi
Damian Harrison a envoyé au Mémorial de Caen la photo de la bible retrouvée par son grand-père en 1944 Seconde Guerre mondiale
Calvado : le descendant d'un soldat anglais cherche la propriétaire d'une bible trouvée en 1944

Le leader à la barbe en pointe et le premier a hurlé contre l'impressionnant flux de Berlinois qui passent d'Est en Ouest, comme l'expliquera quelques années plus tard sur Radio Luxembourg, devenue RTL, Georges Penchenier, l'un des meilleurs spécialistes de politique étrangère. 

40.000 soldats construisent un mur dans la nuit

Ayant obtenu l'aval du nouveau maître du Kremlin Nikita Khrouchtchev, Ulbricht lance l'opération "Muraille de Chine". 40.000 soldats en armes débarquent de leurs camions et se positionnent dans la nuit. Au même instant, les premières unités de spécialistes commencent à empiler et cimenter des parpaings percés de tiges d'acier et surmontés de barbelés. 

Christian Brincourt, grand reporter au 22 rue Bayard, arrivé dans l'après-midi du 13 août, intervient à l'antenne : "Sur le grand monument de la porte de Brandebourg, des sentinelles ont été placées avec des armes et ils nous surveillent actuellement à la jumelle". 

Télégramme de Serge Arnault de Guényveau, chef de la division politique du gouvernement militaire français de Berlin, le 14 août 1961 Crédits : AMAE, 178QO/1730 | Date : 03/07/2020
6 >
Télégramme de Serge Arnault de Guényveau, chef de la division politique du gouvernement militaire français de Berlin, le 14 août 1961 Crédits : AMAE, 178QO/1730 | Date : 03/07/2020
FRMAE_178QO_1730_EXTR_002 Crédits : AMAE, 178QO/1730 | Date : 03/07/2020
FRMAE_178QO_1730_EXTR_003 Crédits : AMAE, 178QO/1730 | Date : 03/07/2020
FRMAE_178QO_1730_EXTR_004 Crédits : AMAE, 178QO/1730 | Date : 03/07/2020
FRMAE_178QO_1730_EXTR_005 Crédits : AMAE, 178QO/1730 | Date : 03/07/2020
FRMAE_178QO_1730_EXTR_006 Date : 03/07/2020
1/1

Le lendemain, le 14 août, Serge Arnault de Guényveau, chef de la division politique du gouvernement militaire français de Berlin, précise que s'il reste encore 13 points de passage ouverts, les travaux d'obstruction se poursuivent, d'épais murs de maçonnerie sont construits et des fossés creusés. Les rails des voies ferrées sur les lignes S-Bahn de Potsdam et Oranienburg ont été enlevés et de nombreuses gares sont fermées. 

Voilà la guerre des haut-parleurs des deux côtés de la nouvelle frontière va commencer. Il faut intimider ceux qui tentent d'arracher des briques. À l'appel au chemin vers la liberté, répond la menace d'ouvrir le feu. 

Kennedy, McMillan, De Gaulle se retrouvent ainsi devant le fait accompli. Ils ont beau dénoncer le coup de force, aucune intervention militaire ne sera programmée. Un message classé très secret, adressé par le Quai d'Orsay à Washington, fera même référence à un nouveau Munich. 

Au moins 250 personnes paieront de leur vie leur tentative de franchir le mur de la honte. Il faudra attendre la "glasnost", la transparence chère à Gorbatchev, pour qu'il s'ouvre et s'écroule définitivement le 9 novembre 1989.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire Berlin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants