3 min de lecture Santé

La longue quête du vaccin contre la fièvre jaune

Le virus de la fièvre jaune circule chez les singes des forêts tropicales africaines depuis des centaines d'années. Un vaccin existe depuis la fin des années 30 mais le virus tue toujours des milliers de personnes chaque année.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
TOUS LES VACCINS ONT UNE HISTOIRE - La longue quête du vaccin contre la fièvre jaune Crédit Image : AFP | Crédit Média : Sophie Joussellin RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Jousselin
Sophie Joussellin
édité par Benjamin Hue

C'est au plus profond des forêts d'Afrique qu'est apparu le virus de la fièvre jaune. "C'est un virus qui a commencé à émerger chez les humains il y a à peu près 1.500 ans. Et les moustiques ont fait ce pont épidémiologique entre les primates non humains et les primates humains, nous-mêmes", explique Serge Morand, chercheur au CNRS en écologie de la santé.

Mais curieusement, c'est sur le nouveau continent qu'apparaîtront au XVIIe siècle les premières épidémies. La traite des esclaves provoquera des millions de morts dans les plantations. 

"Vers les années 1647-1648, près de 700.000 esclaves africains vont faire la toute première épidémie de fièvre jaune dans la péninsule du Yucatán et dans les Caraïbes. Au milieu du XVIIe siècle, la maladie est complètement endémique dans pas mal d'endroits, dont La Havane, où il y avait 5 millions d'Africains qui vivaient dans des plantations", raconte le spécialiste.

Une maladie grave dans 20% des cas

Car si la la forme bénigne de la maladie, quelques maux de tête, des douleurs musculaires et un peu de fièvre, disparaît en une semaine, dans 20% des cas, la maladie "vomita negra", comme on l'appelle parfois, est grave. 

À lire aussi
Marion Larat, en mars 2014 à Bordeaux. justice
Pilule contraceptive : l'affaire Marion Larat, emblème du combat contre les laboratoires

"C'est une fièvre hémorragique très grave avec des vomissements de sang. L'organe le plus atteint est le foie. Comme dans les maladies hépatiques, il y a la couleur jaune de la peau. Puis la maladie progresse et atteint des organes comme le coeur et les reins et peut conduire à la mort", souligne Giovanna Barda Spaeth, de l'Institut Pasteur.

Et la fièvre jaune a même changé parfois le cours de l'histoire. "C'est une des raisons pour laquelle l'armée française par exemple a perdu Haïti, pas seulement pour les révoltes d'esclaves, mais aussi parce que les troupes coloniales ont été particulièrement décimées par la fièvre jaune", explique Serge Morand. 

Il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour que les chercheurs commencent à comprendre comment se transmet la maladie. Après la visite du médecin américain Walter Reed à Cuba. "À La Havane, ils vont démontrer qu'il s'agit d'un virus et qu'il est transmis par des moustiques. C'est une découverte essentielle. Dès 1905, grâce à la lutte contre les moustiques, la fièvre jaune va disparaître des États-Unis", explique Jean-François Saluzzo, expert auprès de l'OMS et auteur de La saga des vaccins.  

Le virus isolé en 1927 puis atténué en 1936

Puis dans les années 20, la quête du vaccin va enfin commencer après le franchissement en Afrique d'une étape importante. "Vers 1927, des chercheurs ont réussi à isoler le virus à partir de la souche Asibi, du nom d'un malade ghanéen atteint par une forme pas trop grave de la maladie",  résume Giovanna Barda Spaeth.

La quête du vaccin va s'accentuer. Plusieurs chercheurs mourront en manipulant le virus. En 1936, Max Theiler un jeune médecin au sein de la fondation Rockefeller met au point un vaccin efficace en s'inspirant des travaux de Pasteur. Il va atténuer la souche virale en la cultivant sur des embryons de poulets. Et ça marche. 

"Pasteur avait multiplié le virus de la rage sur des animaux. Et lui va faire pareil, avec l'idée que si on utilise des animaux qui n'ont rien à voir avec le cycle naturel de la fièvre jaune, ce virus va s'adapter. Et peut-être qu'en mutant, il deviendra moins pathogène et ne provoquera plus de maladie. Il va faire des passages sur des œufs embryonnés, qui donnent naissance aux poussins. Et il a un modèle très intéressant pour tester le modèle pathogène de ce virus, le singe. Le singe asiatique est très sensible à la fièvre jaune. Lorsqu'on lui injecte le virus, il meurt en 4 à 8 jours. Il fait des passages en série et entre le 80e et le 100e passage, le virus ne tue plus le singe", détaille Jean-François Saluzzo. 

On vaccine alors à tour de bras au Brésil. Immédiatement, partout où l'on vaccine, la maladie disparaît.  Max Theiler recevra le prix Nobel pour sa découverte. Aujourd'hui, on utilise toujours le même vaccin. Une seule injection suffit. 500 millions de personnes ont déjà été vaccinées dans le monde. Mais la maladie n'est pas éradicable à cause de la présence dans les forêts tropicales des singes et des moustiques. Régulièrement, de nouvelles épidémies font des centaines de victimes, par exemple en Angola en 2016 et au Brésil en 2018.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Vaccin Histoire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants