2 min de lecture Turquie

La Turquie n'a pas acheté des missiles russes pour "les garder dans un carton"

La Turquie a commencé à tester des systèmes russes de défense antiaérienne le 25 novembre et ce, malgré les menaces de Washington.

Embarque de missiles S-400 dans un avion cargo, le 27 août 2019
Embarque de missiles S-400 dans un avion cargo, le 27 août 2019 Crédit : TURKISH DEFENCE MINISTRY / AFP
Romane
Romane Ganneval et AFP

La Turquie n'a pas acheté des systèmes de défense russes pour "les garder dans un carton", a déclaré le 27 novembre Mevlüt Cavusoglu, le ministre turc des Affaires étrangères, en réponse aux appels de Washington à ne pas activer les batteries livrées par Moscou.

En signant un contrat de 2,2 milliards d'euros avec la Russie pour l'achat de missiles russes antiaériens S-400 incompatibles avec le système de défense de l'Otan en septembre 2017, la Turquie a mis en danger ses relations avec Washington. Le Pentagone craint que les S-400 dotés d'un puissant radar, ne puissent déchiffrer les secrets technologiques du F-35, un avion de chasse américain.

Mardi 26 novembre, Mike Pompeo, le secrétaire d'État des États-Unis avait jugé d'"inquiétant" le fait que la Turquie ait commencé la veille à tester partiellement les missiles S-400, arrivés sur le sol Turc l'été dernier. Ce dernier, a également demandé au gouvernement Turc de"s'éloigner de la mise en opération complète" du système russe.

La Turquie sous la menace de sanctions américaines

En réponse à ces déclarations, le ministre turc des Affaires étrangères a expliqué que la Turquie, pilier de l'Otan depuis 1952 avait "des besoins" et était ouverte à l'achat de systèmes Patriot concurrents américains des missiles russes, si les États-Unis donnaient des "garanties" sur la production conjointe.

À lire aussi
Le Capitole, qui abrite le Congrès américain à Washington DC, le 11 mars 2014 (archives). diplomatie
États-Unis : le Congrès reconnaît le génocide arménien, la Turquie réagit

Alors qu'Ankara avait commandé plus d'une centaine d'avions F-35 aux américains, l'administration Trump a finalement décidé d'exclure la Turquie du programme F-35 après qu'elle ait été avertie de la livraison des premiers S-400.

"Dans le pire des cas, si nous ne pouvons pas acheter les F-35, nous rechercherons des alternatives. Vous ne pouvez pas refuser de nous en vendre et nous dire de ne pas regarder ailleurs.", a répondu le chef de la diplomatie turc. 

La Turquie est toujours sous la menace de sanctions américaines en vertu d'une loi adoptée en 2017 par le Congrès des Etats-Unis prévoyant des mesures punitives automatiques contre tout pays qui achèterait des armements russes. Pour autant, un responsable américain avait affirmé en octobre qu'Ankara y échapperait s'il choisissait de ne pas activer les systèmes russes. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Turquie International Guerre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants