1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La faillite du Japonais Takata, numéro 2 mondial de l'airbag
2 min de lecture

La faillite du Japonais Takata, numéro 2 mondial de l'airbag

ÉDITO - Le dépôt de bilan de l'équipementier automobile Takata marque la plus retentissante faillite d'un industriel dans l'histoire du Japon d'après-guerre.

L'histoire s'achève pour le Japonais Takata, numéro 2 mondial des airbags
L'histoire s'achève pour le Japonais Takata, numéro 2 mondial des airbags
Crédit : AFP
Christian Menanteau : l'équipementier japonais Takata fait faillite
03:08
La faillite du Japonais Takata, numéro 2 mondial de l'airbag
03:10
Loïc Farge
Loïc Farge

L'industrie japonaise est en train de vivre la plus importante faillite de son histoire : son champion des ceintures de sécurité et des airbags va disparaître. Un désastre financier proche de 13 milliards d'euros. Un désastre industriel aussi : Takata était hier encore le deuxième fabricant mondial de coussins de sécurité automobile. C'est l'épilogue de terribles drames  qui ont coûté en dix ans la vie à au moins seize conducteurs, qui en ont blessé des centaines d'autres à cause de défauts de conception de fabrication de ses équipements désormais essentiels dans nos véhicules.

Des drames dont l'industriel a volontairement dissimulé les fondements, même après avoir été contraints de rappeler plus de 100 millions de voitures équipées de ses airbags. Une opération unique dans l'histoire de l’automobile et dont les coûts moraux financiers et leurs suites juridiques condamnent sans appel cette société fondée en 1933 forte de 46.000 salariés, de 56 usines dans vingt pays, et qui est toujours majoritairement possédée par la famille fondatrice.

Certains constructeurs continuent, pour ne pas bloquer leur chaîne de production, de monter des coussins Takata

Christian Menanteau

Quelles sont les sources de ces catastrophes ? L'avidité financière, la course au profit maximum, la recherche du moindre coût de production sans autre considération. Le schéma se met en place il y a moins de quinze ans. Takata, pour faire des économies, utilise des composants chimiques moins sûrs pour ses coussins de sécurité. Au fil du temps, ils se dégradent, explosent et provoquent accidents et drames. L'entreprise dissimule les fondements de ces graves défaillances toujours au nom de la rentabilité. Jusqu'en 2014 quand une agence américaine ouvre le dossier. Des millions de véhicules sont rappelés dans les concessions. Très vite entre amendes et frais de remplacement, la facture dépasse 13 milliards. En trois ans, sa valeur en Bourse fond de 95%. Son sort est scellé.

Les dix-neuf plus grands noms de l'automobile au Japon, aux USA et en Europe ont monté des airbags Takata. Aux États-Unis, 36 seulement des équipements défectueux ont été remplacés. Partout dans le monde, les rappels vont se poursuivre au moins jusqu'en 2019. Pis encore : faute de fournisseurs alternatifs, certains constructeurs continuent, pour ne pas bloquer leur chaîne de production, de monter des coussins Takata. Des bouées de sauvetage dont rien ne garantit qu'elles soient saines. Concrètement, l'industriel japonais va disparaître. Ses turpitudes risquent de nous poursuivre encore quelques années.

Le bloc-notes

À lire aussi

- C'est Naver, le leader coréen de l'Internet, qui reprend le centre de recherche d'intelligence artificielle de Xerox à Grenoble.

- Trois millions de personnes restent en France en situation de fragilité bancaire.

La note du jour

05/20 à la taxe sur les transactions financières "à la française". Elle serait, selon la Cour des comptes, un fiasco économique et juridique.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/