2 min de lecture Irak

Irak : l'ambassade américaine attaquée par des manifestants

Cette attaque intervient après le bombardement des bases du Hezbollah irakien, qui ont fait au moins 25 morts.

Les manifestants sont des hommes en uniforme de combattants du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires dominée par des factions chiites pro-iranienne.
Les manifestants sont des hommes en uniforme de combattants du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires dominée par des factions chiites pro-iranienne. Crédit : AHMAD AL-RUBAYE / AFP
Venantia
Venantia Petillault et AFP

Regain de violence à Bagdad. Le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi a appelé mardi 31 décembre les milliers de partisans des paramilitaires pro-Iran qui ont attaqué l'ambassade américaine à Bagdad à se retirer des abords de cette chancellerie.

"Les forces irakiennes interdiront rigoureusement toute atteinte à une représentation diplomatique", a prévenu M. Abdel Mahdi, deux heures après le début d'une attaque de protestataires contre l'ambassade américaine, pour dénoncer des raids américains qui ont fait dimanche 25 morts dans les rangs d'une faction armée irakienne pro-iranienne.

La foule en colère protestait contre les raids aériens américains qui ont tué dimanche 25 combattants des brigades du Hezbollah, un groupe armé chiite irakien membre du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires dominée par des factions pro-Iran et intégrées aux forces régulières irakiennes.

Les milliers de combattants et de partisans du Hachd, qui participaient au cortège funéraire des combattants tués, sont parvenus à traverser sans encombre l'ensemble des checkpoints de l'ultrasécurisée Zone verte de Bagdad, où siège l'ambassade et les institutions irakiennes, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Un sentiment anti-américain ravivé

À lire aussi
Un soldat français en Irak. moyen-orient
Irak : libération de trois otages français de SOS Chrétiens d'Orient

Ils ont ensuite organisé un sit-in devant l'ambassade et mené la prière en mémoire des 25 combattants tués, avant de parvenir à franchir la première enceinte du gigantesque complexe ultrasécurisé.

Les forces américaines ont alors tiré des grenades lacrymogènes et assourdissantes depuis l'intérieur de la chancellerie. Avant l'attaque de l'ambassade, les manifestants avaient brûlé des installations de sécurité à l'extérieur de l'ambassade, arraché les caméras de surveillance, jeté des pierres sur les tourelles de ses gardes et couvert les vitres blindées avec des drapeaux du Hachd et des brigades du Hezbollah.

"Non à l'Amérique", ont-ils écrit sur un mur. Et "Fermé sur ordre des brigades de la résistance". Les plus hauts dirigeants du Hachd -des officiels de l'Etat irakien qui interagissent régulièrement avec les officiels américains- étaient présents, ont constaté les journalistes de l'AFP.

Les frappes américaines ont eu lieu en représailles à la mort vendredi d'un sous-traitant américain dans la onzième attaque à la roquette en deux mois, non revendiquée mais attribuée par Washington aux brigades du Hezbollah.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Irak Ambassade États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants