2 min de lecture Afrique

Invasion de criquets : comment expliquer la situation en Afrique de l'est ?

ÉCLAIRAGE - L'ONU s'inquiète alors que des essaims de criquets pèlerins envahissent l'Afrique de l'est, dévorant tout sur leur passage, dans des pays déjà fortement touchés par l'insécurité alimentaire.

L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
13 >
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
L'invasion de criquets au Kenya, les 21 et 22 janvier 2020 Crédits : TONY KARUMBA / AFP | Date : 12/02/2020
1/1
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Kenya, Éthiopie, Somalie et depuis ce dimanche 9 février, Ouganda. Ces quatre pays sont frappés par une invasion de criquets pèlerins. Par immenses essaims, ils ravagent depuis plusieurs semaines de larges zones d'Afrique de l'Est. Ce sont des centaines de milliards d'insectes qui dévorent tout sur leur passage. 

Ce lundi 10 février, le secrétaire général adjoint pour les Affaires humanitaires de l'ONU, Mark Lowcock, a présenté cette invasion comme la "pire depuis 70 ans pour le Kenya, et le pire depuis 25 ans pour l'Ethiopie ou la Somalie." Il y a eu six "invasions" de criquets au XXe siècle, dont la dernière s'est produite en 1987-89. 

Un seul de ces essaims, au Kenya, couvre une surface de 2.400 km2, la taille du Luxembourg, selon l'Agence des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO). Un tel essaim contiendrait quelque 200 milliards de criquets - et dévorerait chaque jour 400.000 tonnes de nourriture. Il est capable de parcourir 150 kilomètres par jour et de ravager les moyens d'existence des populations rurales dans leur course effrénée pour se nourrir et se reproduire. 

"Il y a 13 millions de personnes dans ces pays concernés qui ont des difficultés d'accès à la nourriture. Dix millions de ces personnes résident dans des zones touchées par les criquets", s'est-il alarmé, appelant à une mobilisation de la communauté internationale pour réunir les 76 milliards de dollars nécessaires pour contenir les criquets. Si rien n'est fait, le nombre d'insectes ravageurs "pourrait être multiplié par 500 d'ici le mois de juin", s'inquiète la FAO.

Une conséquence du dérèglement climatique

À lire aussi
Andy Rajoelina Madagascar
Coronavirus : le président malgache, roi de l'intox

Pour Guleid Artan, du Centre de prévision et d'applications climatologiques (ICPAC), l'invasion actuelle est le dernier symptôme d'une série de variations climatiques extrêmes en Afrique de l'Est en 2019. L'année a commencé avec une forte sécheresse, avant de se finir funestement avec des pluies et des inondations qui ont fait des centaines de morts. 

Ces phénomènes climatiques sont liées au "dipôle océan Indien". Il est dû à la différence de température à la surface de la mer entre les zones est et ouest de l'océan Indien. Les scientifiques disent n'avoir pas observé un dipôle d'une telle intensité depuis des années, voire des décennies. "Nous savons que l'Afrique de l'Est est une des zones les plus vulnérables au changement climatique. Cette région va connaître de nouvelles variations extrêmes", a souligné Guleid Artan. 

Peu de solutions, des conséquences très graves

Le Kenya dispose de cinq avions, qui dispersent des pesticides sur les essaims, a précisé Stephen Njoka, directeur de l'organisme sous-régional qui surveille les criquets pèlerins en Afrique de l'Est (la Desert Locust Control Organisation for Eastern Africa), basé à Nairobi. Il assure que les produits chimiques utilisés ne sont pas dangereux pour la santé des humains et que les autorités font de leur mieux pour limiter les dommages aux autres insectes, notamment pollinisateurs. 

Des opérations similaires ont lieu en Ethiopie et en Somalie, mais dans ce dernier pays, elles sont parfois entravées par l'insécurité qui règne dans certaines régions, selon la FAO. "Ce nouveau désastre présage mal de l'année 2020. Le climat imprévisible en 2019 et dans la décennie précédente a déjà gravement érodé la capacité des familles à récupérer de la crise", s'inquiète Ian Vale, directeur régional pour l'Afrique de l'Est et du Sud de l'organisation Save the Children. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Afrique Animaux Kenya
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants