3 min de lecture MeToo

Harvey Weinstein : ce qu'il faut savoir avant l'ouverture de son procès

ÉCLAIRAGE - Le producteur hollywoodien Harvey Weinstein est poursuivi pour agressions sexuelles et viols aux États-Unis. En 2017, les témoignages à son encontre avaient lancé le mouvement #MeToo.

Le producteur déchu Harvey Weinstein à New York, le 9 juillet 2018
Le producteur déchu Harvey Weinstein à New York, le 9 juillet 2018 Crédit : Seth Wenig/AP/SIPA
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy
et AFP

C'est un des procès les plus attendus de cette année 2020. Le producteur de cinéma Harvey Weinstein, accusé par des dizaines de femmes de viols, harcèlement et agressions sexuelles est jugé à partir du 6 janvier devant la Cour Suprême de New York. Il devrait durer six semaines.

Tout a commencé en octobre 2017 avec deux enquêtes publiées dans The New York Times et The New Yorker relayant des témoignages accablants de femmes ayant côtoyé le magnat de l'industrie du cinéma au cours de leur carrière. Toutes l'accusent d'abus sexuels. Parmi elles : Gwyneth Palthrow, Angelina Jolie ou encore la Française Judith Godrèche. Très vite se sont ajoutées d'autres accusations comme celles de Rose McGowan ou d'Asia Argento, devenues figures de proue du mouvement #MeToo lancé quelques jours après la publication des articles. Au total environ 80 femmes ont livré leur témoignage.

Le procès de Harvey Weinstein devait se tenir en septembre en 2019, mais a été repoussé après l'ajout d'un nouveau témoignage, celui d'Anabella Sciorra, actrice dans la série Les Soprano. Elle accuse le producteur hollywoodien de l'avoir violée en 1993, des faits aujourd'hui prescrits mais dont la portée est jugée suffisamment importante pour servir de témoignages pendant le procès.

Harvey Weinstein plaide non-coupable

Comme celui d'Anabella Sciorra, beaucoup de témoignages visant Harvey Weinstein sont aujourd'hui prescrits ou difficiles à vérifier pour peser juridiquement. Une trentaine de femmes ont par ailleurs accepté de toucher 25 millions de dollars en échange de l'abandon de leurs poursuites. Par conséquent, le milliardaire, anciennement patron de Miramax, est poursuivi à la suite de seulement deux accusations.

À lire aussi
Placido Domingo à Orange en juillet 2019 opéra
Harcèlement sexuel : le chanteur d'opéra Placido Domingo nie en bloc


L'une est portée par l'ancienne assistante de production Mimi Haleyi qui affirme qu'Harvey Weinstein l'a agressée sexuellement dans son appartement new-yorkais en juillet 2006. La seconde victime présumée, demeurée anonyme, l'accuse elle d'un viol en mars 2013 dans une chambre d'hôtel, également à New York. Harvey Weinstein plaide dans les deux cas, non-coupable, arguant que toutes les relations sexuelles étaient consenties.

Faut-il attendre une condamnation ?

Le témoignage d'Anabella Sciorra est également crucial. Ses allégations doivent permettre à l'accusation d'étayer le chef d'inculpation de comportement sexuel "prédateur", qui fait risquer la perpétuité au producteur.

Si Harvey Weinstein est devenu un paria pour l'opinion depuis deux ans, l'accusation est loin d'être assurée d'obtenir la condamnation de celui qui fut le producteur indépendant le plus puissant du monde. Bien avant l'ouverture du procès, les avocats du sexagénaire ont tenté de saper les témoignages des deux victimes présumées.

La défense a ainsi déjà produit courriers électroniques et textos montrant qu'elles étaient chacune restées en contact avec leur agresseur présumé plusieurs mois après les faits supposés. Ces échanges "vous amèneront à penser que les faits rapportés jusqu'ici ne sont qu'une partie de l'histoire", affirmait en juillet l'avocate Donna Rotunno, qui mènera l'équipe de cinq avocats chargés de défendre Harvey Weinstein.

Des avocates expertes

Connu pour son impatience et ses accès de colère, l'ex-producteur a changé plusieurs fois d'avocats avant de choisir Donna Rotunno pour le représenter. Pénaliste de Chicago, elle a déjà défendu, avec succès, des dizaines d'hommes accusés de harcèlement ou d'agression sexuelle. 

Du côté de l'accusation, c'est l'avocate Gloria Allred qui défendra les actrices Mimi Haleyi et Annabella Sciorra. Cette juriste spécialiste des droits civiques dédie son travail à la défense des femmes victimes de violences sexuelles en s'illustrant dans plusieurs affaires. Elle défend ainsi les femmes accusant l'animateur américain Bill Cosby de viols et agressions sexuelles. Un combat qui lui a valu un documentaire sur Netflix en 2018.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
MeToo Harvey Weinstein Cinéma
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants