1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Haïti : le président Jovenel Moïse assassiné
1 min de lecture

Haïti : le président Jovenel Moïse assassiné

Un groupe "d'individus non-identifiés" a attaqué la résidence privée du Président et "blessé mortellement le chef de l'État", a annoncé le Premier ministre mercredi 7 juillet.

Jovenel Moïse, le président haïtien, lors d’un défilé militaire pour commémorer la bataille de Vertières, au palais présidentiel de Port-au-Prince le 18 novembre 2019.
Jovenel Moïse, le président haïtien, lors d’un défilé militaire pour commémorer la bataille de Vertières, au palais présidentiel de Port-au-Prince le 18 novembre 2019.
Crédit : VALERIE BAERISWYL / AFP
Florine Boukhelifa & AFP

Venu du monde des affaires, Jovenel Moïse, 53 ans, avait été élu en 2016 et avait pris ses fonctions le 7 février 2017. Le président haïtien a été assassiné tôt le matin du mercredi 7 juillet, chez lui, par un commando formé d'éléments étrangers, a annoncé le Premier ministre sortant Claude Joseph. L'épouse du président, blessée dans l'attaque, a été hospitalisée, a précisé l'ancien chef du gouvernement.

"Le président a été assassiné chez lui par des étrangers qui parlaient l'anglais et l'espagnol. Ils ont attaqué la résidence du président de la République", a déclaré Claude Joseph. "La situation sécuritaire est sous contrôle", a-t-il assuré, appelant la population au calme.

Haïti, pays des Caraïbes et nation la plus pauvre du continent américain, est gangrené par l'insécurité et notamment les enlèvements contre rançon menés par des gangs jouissant d'une quasi impunité. Une situation qui valait à Jovenel Moïse, accusé d'inaction face à la crise, d'être confronté à une vive défiance d'une bonne partie de la société civile.

Dans ce contexte faisant redouter un basculement vers l'anarchie généralisée, le Conseil de sécurité de l'ONU, les États-Unis et l'Europe appelaient à la tenue d'élections législatives et présidentielle libres et transparentes, d'ici la fin 2021. Jovenel Moïse avait annoncé lundi la nomination d'un nouveau Premier ministre, Ariel Henry, qui avait justement pour mission la tenue d'élections.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/