1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine peut-il réellement affamer le monde ?
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine peut-il réellement affamer le monde ?

PODCAST - Dans cet épisode de "Focus", Marion Calais s'intéresse au blé comme nouvelle arme diplomatique de la Russie dans la guerre en Ukraine, avec Sébastien Abis, directeur du Club Demeter et Arthur Portier, expert en matières premières au sein du cabinet Agritel.

Des grains de blé (image d'illustration).
Des grains de blé (image d'illustration).
Crédit : Myriam Tirler / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
123. Vladimir Poutine peut-il affamer le monde ?
00:18:53
Marion Calais - édité par Jeanne Rouxel

Le sujet du jour. Après 100 jours de guerre en Ukraine, la Russie fait désormais du blé, sa nouvelle arme diplomatique. Il y a quelques jours, un nouveau coup de pression était mis, via le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov. Derrière son discours, l'homme menace d'arrêter les exportations de la production du pays, si les sanctions des pays occidentaux envers la Russie, ne sont pas levées.

Pourquoi on en parle ? La Russie est-elle incontournable dans la production mondiale de blé ? Que se passera-t-il si le pays n’exporte pas sa production ? Risque-t-on une famine et de nouvelles émeutes de la faim ? 

Analyse. "La Russie, aujourd'hui, n'est pas le leader en terme de production. Vous avez des pays comme l'Inde, des pays comme la Chine, qui produisent beaucoup plus. Par contre, la Russie est le leader sur la partie exportation et c'est ce qui compte, puisque tous ne peuvent pas produire du blé sur la scène internationale pour des raisons agronomiques ou pédoclimatiques. Donc, la Russie pèse dans les échanges plus que dans la production, mais cela va de pair. Avec 86 millions de tonnes de productions attendues, ça donne un poids extrêmement important à la Russie sur la scène internationale" explique Arthur Portier, expert en matières premières au sein du cabinet Agritel. 

"Il y a une grosse différence à établir entre la partie russe et la partie ukrainienne. Sur la partie russe, depuis le début du conflit, il y a bientôt 100 jours, la Russie continue à exporter ses céréales, à des rythmes et volumes qui étaient prévus par rapport à sa dernière récolte. Ce qui se complexifie pour la Russie depuis trois mois, c'est surtout les conditions financières, assurancielles et logistiques de cette exportation. C'est à dire que les pays occidentaux n'ont pas mis de mesures restrictives et de sanctions sur les produits agricoles ou céréaliers de la Russie, précisément pour éviter que la scène internationale s'enflamme davantage", contextualise Sébastien Abis, directeur du Club Demeter et chercheur associé à l’institut de relations internationales et stratégiques. 


Abonnez-vous à ce podcast

>> Focus est un podcast d'actualité quotidien. Du lundi au vendredi, RTL prend un peu de temps, un peu de champ, pour mieux comprendre ce qui se passe autour de nous, mieux comprendre notre époque, grâce aux reporters, correspondants et experts de RTL.

À écouter aussi

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/