1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : la Russie brûle-t-elle le gaz non vendu à l'Union européenne ?
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : la Russie brûle-t-elle le gaz non vendu à l'Union européenne ?

Quatre millions de mètres cubes de gaz, destinés aux pays de l'UE, seraient brûlés tous les jours par le géant gazier russe Gazprom.

(Illustration) Une raffinerie appartenant à Gazprom dans la périphérie sud-est de Moscou le 28 avril 2022.
(Illustration) Une raffinerie appartenant à Gazprom dans la périphérie sud-est de Moscou le 28 avril 2022.
Crédit : Natalia KOLESNIKOVA / AFP
Guerre en Ukraine : la Russie brûle-t-elle le gaz non vendu à l'Union européenne ?
00:00:54
Félix Grasso

Depuis plusieurs semaines, le géant gazier russe Gazprom fait brûler à perte, à l’air libre, une partie du gaz que Moscou ne livre plus à l’Union européenne. À l’heure où toute l’Europe ne parle que d’économies d’énergie à l’approche de l’hiver, la Russie semble narguer ses voisins et rien n’indique que son comportement va changer.

Des flammes immenses apparaissent régulièrement près d’une usine de compression à proximité de la frontière avec la Finlande. quatre millions de mètres cubes de gaz seraient ainsi brûlés tous les jours par le géant gazier russe Gazprom. Depuis que Moscou a interrompu ses livraisons de gaz à destination de l’Union européenne, toutes ses cuves sont pleines. 

Sans capacités de stockage dans la région, Gazprom brûlerait donc l’équivalent de 10 millions de dollars tous les jours. Un chiffre qu’il faut quand même prendre avec précaution car il s’agit d’estimations. Reste que depuis le mois de février la rente énergétique a rapporté plus de 100 milliards d’euros à la Russie. 

Pour Moscou, il s’agit donc de pertes marginales et aux yeux du Kremlin, si l’Union européenne voulait vraiment se prémunir contre les rigueurs potentielles de l’hiver, elle pourrait décider d’ouvrir le gazoduc Nordstream II, NordStream I étant à l’arrêt en raison de ce que Moscou appelle une turbine de compression défaillante. En attendant, Gazprom continue de brûler à l’air libre à pertes, une partie de ses excédents de gaz. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
Flash Actu