1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Guerre en Ukraine : ce que nous apprennent les images satellites de Boutcha
1 min de lecture

Guerre en Ukraine : ce que nous apprennent les images satellites de Boutcha

ÉCLAIRAGE - En analysant l'emplacement et les positions des corps de Boutcha, des images satellites montrent qu'au moins 11 de ces corps se trouvaient dans la rue depuis le 11 mars. La ville était alors sous contrôle russe.

Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 4 avril 2022 montre une vue de la rue Iablonska de Boutcha, le 19 mars 2022.
Cette image satellite publiée par Maxar Technologies le 4 avril 2022 montre une vue de la rue Iablonska de Boutcha, le 19 mars 2022.
Crédit : AFP PHOTO /Satellite image ©2022 Maxar Technologies
Lionel Gendron & Thomas Pierre

Après le choc de Boutcha, l'Union Européenne propose son aide pour enquêter. Des ONG sont déjà sur place, au travail. L'enjeu est de préserver les scènes de crimes de réaliser le plus vite possible des autopsies pour connaitre les causes de la mort. Les Russes parlent de manipulation mais un premier élément important vient mettre à mal ces dénégations. 

Des images satellites ont été recueillies par les Américains et publiées par le New York Times. Le quotidien compare notamment une vidéo prise par un membre du conseil local vendredi 1er avril, et des images satellites antérieures fournies par Maxar Technologies. Cette société basée au Colorado se présente ainsi sur son site internet : "une aide depuis le ciel aux gouvernements et aux entreprises".

En analysant l'emplacement et les positions des corps, les images satellites montrent qu'au moins 11 de ces corps se trouvaient dans la rue depuis le 11 mars. À cette date, selon des déclarations même de Moscou, la ville était sous contrôle russe. 

Moscou parle de "falsifications"

Ces images n'éclaire pas sur les causes des décès. Elles devront être analysées avant de constituer une preuve, mais elles semblent mettre à mal la défense de Moscou, quelques heures avant un Conseil de sécurité de l'ONU. Une réunion sollicitée par la Russie qui entend justement prouver que son armée n'est pas responsable de ces atrocités. 

À lire aussi


Lundi 4 avril, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a rejeté "catégoriquement" toutes ces accusations, assurant que les experts du ministère de la Défense russe avaient découvert des signes de "falsifications" dans les images présentées par les autorités ukrainiennes comme preuves d'un massacre russe.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.