1 min de lecture Liban

Explosions à Beyrouth : l'espoir s'amenuise de retrouver un survivant dans les décombres

Le pays tout entier vit dans l'espoir de retrouver une victime sous les décombres. Un mois après l'explosion dans le port de Beyrouth, des battements ont été repérés par des scanners thermiques grâce à un chien renifleur.

Les secours à la recherche d'un éventuel survivant, un mois après la double explosion à Beyrouth (Liban), le 4 septembre 2020.
Les secours à la recherche d'un éventuel survivant, un mois après la double explosion à Beyrouth (Liban), le 4 septembre 2020. Crédit : JOSEPH EID / AFP
Venantia
Venantia Petillault et AFP

Plus les jours passent, plus les espoirs deviennent infimes. Des secouristes au Liban poursuivaient leurs recherches samedi 5 septembre dans les ruines d'un immeuble d'un quartier sinistré de Beyrouth, même si l'espoir de retrouver un survivant un mois après l'explosion s'est encore amenuisé.

Une équipe de secouristes chiliens intervenant dans la capitale libanaise a détecté mercredi soir des pulsations cardiaques sous les décombres d'un bâtiment grâce à un chien renifleur et à des scanners thermiques, faisant naître l'espoir de retrouver un survivant à la puissante explosion au port survenue le 4 août. Elle a détruit des quartiers entiers, faisant au moins 191 morts et blessant plus de 6.500 personnes. Sept personnes sont toujours portées disparues.

Malgré le retrait d'une grande quantité de débris depuis trois jours, les secouristes ne sont toujours pas parvenus à trouver l'origine de ces battements. Ils continuaient à la tombée de la nuit samedi soir à déblayer les décombres, pour la majeure partie à la main. Qassem Khater, un secouriste de la défense civile, avait expliqué que les opérations se déroulaient dans les ruines de la cage d'escalier de l'immeuble.

Le Liban ne dispose pas du matériel ni de l'expertise pour mener de telles opérations de recherches et de secours. Des équipes sont venues du Chili, de France et des États-Unis pour pallier ce manque. Il restait encore des débris à retirer dans l'escalier mais l'opération semblait plus complexe qu'auparavant.

Le directeur des opérations de la Défense civile libanaise George Abou Moussa avait estimé samedi matin que "les chances (étaient) très faibles" de retrouver des victimes. "Nous n'avons rien trouvé jusqu'à maintenant", avait-il précisé. De son côté, un des secouristes chiliens, Walter Munoz, avait confié à des journalistes que l'espoir de retrouver un survivant était de "2%".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Liban Explosions à Beyrouth
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants