1 min de lecture États-Unis

États-Unis : une banque verse par erreur des centaines de millions de dollars

VU DANS LA PRESSE - La banque américaine Citigroup a transféré par erreur des centaines de millions de dollars à des fonds d’investissement. D'après la justice new-yorkaise, les sommes perdues ne peuvent pas être restituées.

Le Citigroup Center, dans le centre de Manhattan, le 14 juillet 2014.
Le Citigroup Center, dans le centre de Manhattan, le 14 juillet 2014. Crédit : Timothy A. CLARY / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien Journaliste

"Citi n'a pas le droit de récupérer son argent. À l'inverse, les prévenus ont le droit de garder l’argent". Douche froide pour cette grande banque américaine qui a versé par erreur des centaines de millions de dollars à plusieurs fonds d'investissement, explique Ouest France. En août dernier, Citigroup avait transféré au total 900 millions de dollars : si 400 millions de dollars ont été rendus, la justice a estimé, mardi 16 février, que les fonds d'investissements n'étaient pas obligés de restituer le reste de l'argent

Le juge new-yorkais Jesse Furman a rappelé que la loi américaine "plaide en général" pour un remboursement des virements effectués par erreur, mais que l'État de New York a lui "des exceptions dont une qui s'applique en l'espèce". Les fonds d'investissements "étaient persuadés, en toute bonne foi, que les (…) versements reçus étaient des remboursements anticipés des prêts accordés à Revlon", a expliqué le magistrat. Résultat : "Citi n'a pas le droit de récupérer son argent. À l'inverse, les prévenus ont le droit de garder l’argent", a-t-il conclu.

Une décision largement rejetée par Citigroup qui s'est dit "profondément en désaccord" avec ce verdict, tout en indiquant sa volonté d'interjeter appel. "Nous estimons que nous avons le droit de récupérer les fonds et allons continuer à chercher à les récupérer en totalité", a écrit l'établissement dans un courriel à l'AFP.

À noter que le calvaire de la grande banque ne s'arrête pas là. En octobre dernier, cette affaire a poussé les autorités américaines à lui infliger une amende de 400 millions de dollars et un contrôle "inhabituellement stricte". En cause : une gestion des risques défaillante. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Insolite Erreur
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants