2 min de lecture Racisme

États-Unis : un Afro-Américain tué par un policier d'une balle derrière la tête

Andrew Brown Jr., un Afro-Américain de 42 ans, a été abattu par des policiers le 21 avril. Se basant sur l'autopsie, sa famille dénonce une "exécution".

Un policier américain (illustration)
Un policier américain (illustration)
Nicolas Barreiro et AFP

Un Afro-Américain tué par la police la semaine dernière aux États-Unis a reçu une balle dans la nuque, a assuré le mardi 27 avril sa famille en présentant les conclusions d'un rapport d'autopsie indépendant qui, selon elle, confirme qu'Andrew Brown Jr a été "exécuté".

"Ils ont tiré dans l'arrière de sa tête", a dénoncé devant les journalistes Khalil Ferebee, l'un des fils du quadragénaire noir abattu le 21 avril à Elizabeth City, une petite ville de Caroline du Nord. La veille, les autorités ont montré aux proches d'Andrew Brown Jr un court extrait d'une vidéo des faits, filmée par la caméra-piéton d'un des policiers présents. "J'avais dit l'avoir vu se faire exécuter, le rapport d'autopsie prouve que j'avais raison", a commenté Khalil Ferebee.

Selon l'autopsie présentée par ses proches, il a été atteint par cinq balles : quatre reçues dans le bras droit et la dernière dans la nuque. "Elle est entrée à la base du cou, dans le bas du crâne, et s'est arrêtée dans son cerveau. C'est la cause de la mort", a commenté l'avocat renommé Ben Crump, qui représente la famille. "Ils lui ont tiré dessus alors qu'il avait les mains sur le volant", a ajouté un autre avocat de la famille, Harry Daniels, en reprochant aux agents de s'être conduits comme des "juges, jurés et bourreaux" dans ce dossier.

Les autorités ouvrent une enquête

La police locale n'a pour l'heure pas fourni d'explications sur les circonstances du drame survenu dans le cadre d'une enquête pour trafic de stupéfiants. Selon elle, les agents étaient munis d'un mandat d'arrêt et de perquisition visant Andrew Brown Jr.

À lire aussi
France
Les infos de 7h30 - Viry-Châtillon : un service d'enquête "trop proche des faits", concède l'avocat des victimes

La police, qui a demandé à un juge l'autorisation de publier la vidéo de la scène, a appelé à "ne pas se précipiter sur les conclusions". "Cet accident tragique était rapide et a duré moins de 30 secondes", a déclaré lundi le shérif du comté de Pasquotank, Tommy Wooten, en précisant que les agents impliqués avaient été placés en congé.

La police fédérale a ouvert mardi sa propre enquête. "Cela devrait empêcher toute dissimulation des faits", a commenté Ben Crump dans un communiqué. Anticipant de "possibles troubles civils", la maire d'Elizabeth City, Bettie Parker, a décrété un couvre-feu de 20h à 06h locales "tant qu'il sera nécessaire de protéger nos citoyens".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Racisme Violences États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants