1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Mort de George Floyd : un verdict historique qui soulage l'Amérique
3 min de lecture

Mort de George Floyd : un verdict historique qui soulage l'Amérique

Le policier Derek Chauvin a été reconnu coupable du "meurtre" de George Floyd. Le juge devra donner la sentence d’ici à huit semaines. Ce verdict est un soulagement pour les proches de la victime et pour de nombreux Américains.

Le policier Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd
Le policier Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd
Crédit : Darnella Frazier / Facebook/Darnella Frazier / AFP
Mort de George Floyd : un verdict historique qui soulage l'Amérique
04:00
Lionel Gendron - édité par Florise Vaubien

Le verdict du procès que l’Amérique attendait avec fébrilité n’a pas tardé. Derek Chauvin a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd, un quadragénaire noir qui a été étouffé sous le genou de ce policier blanc. Les 12 jurés sont tombés d’accord sur ce verdict qualifié d’historique.

Et quand en milieu d’après-midi ici, les agences de presse ont annoncé qu’un verdict avait été trouvé, cela paraissait improbable que Derek Chauvin ne soit pas condamné, puisque le débat a été tranché très rapidement. Il fallut seulement un peu plus de 10 heures aux jurés pour être unanimes

Restait à savoir s’il serait condamné pour les trois chefs d’accusation. Mais la cour a bien retenu ces trois chefs d'accusation. Le juge doit ensuite donner la sentence, c’est-à-dire le nombre d’années de prison d’ici à huit semaines.

Des preuves accablantes

Derek Chauvin a écouté le verdict, le regard fixe. Difficile d’interpréter : était-il sonné ? Ou fataliste ? Quand il s’est levé, il était menotté les mains dans le dos, escorté par des anciens collègues policiers, qui l’ont reconduit à la prison. 

À lire aussi

Lors du procès, la vidéo des 9 minutes et 29 secondes pendant lesquelles George Floyd agonise sous le poids du genou de Derek Chauvin était accablante. Même sa hiérarchie a condamné son acte. Les uns après les autres, les experts ont confirmé qu’il s’agissait bien d’une mort par asphyxie. 

Est-ce que la pression extérieure a pu jouer ? Tout le pays était suspendu à l’annonce du verdict. Même Joe Biden était très actif. Les jurés sont censés faire abstraction de tout le monde extérieur. Mais cette affaire a eu un tel retentissement que c'était impossible. 

Joe Biden priait pour un verdict "juste"

En tous les cas, il s’est passé quelque chose d’étonnant tout à l’heure. Avant le verdict, Joe Biden a dit qu’il priait pour que le jury rende un verdict juste. On sait très bien ce qu’il entendait par "juste" puisqu’il a souvent montré son soutien aux proches de George Floyd. 

Ensuite, le président a fait une déclaration officielle, preuve de l’ampleur de l’événement. Il a appelé au changement pour lutter contre ce racisme qui "entache l’âme de l’Amérique". À ses côtés, Kamala Harris, première vice-présidente noire, a pris la parole avant Joe Biden.

Des mots forts : elle a rappelé que les noirs américains, et les hommes noirs en particulier ont été traités tout au long de l’histoire américaine comme des êtres inférieurs. Ajoutant qu’il y a un héritage de George Floyd, et que le travail consiste désormais à honorer cet héritage ainsi que l’homme. Enfin, autre réaction présidentielle, celle de Barack Obama qui appelle à poursuivre le combat. "On ne peut pas s’arrêter là", a déclaré l’ancien président

Un soulagement pour l'Amérique

Ce verdict est un soulagement à plus d’un titre. Soulagement pour les proches de George Floyd et pour beaucoup d’Américains, car il y avait la crainte de nouvelles manifestations violentes, comme après la mort de George Floyd, il y a près d’un an. Les mesures de sécurité étaient renforcées et les autorités se préparaient au pire. À priori, les prochains jours seront calmes.

Aux abords du tribunal de Minneapolis, il y avait beaucoup de joie, une joie triste car rien ne ramènera George Floyd. Mais le sentiment que c’est la fin d’une impunité était palpable. De fait, le bénéfice du doute dont on parlait lundi penchait souvent en faveur des policiers.

L’un des frères de George Floyd a déclaré qu’il allait enfin pouvoir respirer, référence aux derniers mots prononcés par George Floyd : "I can't breathe". Des mots prononcés 27 fois avant de mourir. Pour terminer, sachez que les trois collègues de Derek Chauvin qui ont participé à l’arrestation seront jugés au mois d’août pour complicité

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/