2 min de lecture Vacances d'été

États-Unis : le business florissant des camps d'été

Aux États-Unis, les summer camps pour adolescents se multiplient et offrent des thématiques multiples. Face à des prix souvent élevés, certains se tournent vers le bénévolat.

Un air d'Amérique Un Air d'Amérique Lionel Gendron iTunes RSS
>
États-Unis : le business florissant des camps d'été Crédit Image : Eugene Gologursky / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline Simonet édité par Eléanor Douet

Que faire de ses enfants pendant les vacances d’été ? C’est une question qui occupe tous les parents dans le monde, mais aux États-Unis, c’est un véritable casse-tête. Là-bas, certaines écoles sont déjà fermées depuis le début du mois de juin. Les écoliers ont donc trois mois de vacances. Or, c’est loin, très loin, d’être le cas pour les parents américains qui n’ont en moyenne qu’une semaine de vacances l’été.

Du coup, le business des camps d’été, les summer camps, s’est fortement développé avec chaque année de nouvelles propositions plus originales les unes que les autres. Certains camps sont des séjours tout inclus où on y mange, on y dort pendant une, deux, à trois semaines. D’autres offrent des activités à la journée pour absolument tous les goûts.

Les camps d’été pour les jeunes transgenres ou homosexuels sont très en vogue en ce moment, en Californie, mais aussi en Virginie ou au Texas. Des camps pour qu’ils ne se sentent pas exclus et qu’ils apprennent à accepter leur différence et qu’ils puissent la vivre pleinement.

Il n’y a pas de chambres séparées pour les garçons et pour les filles, mais des répartitions en fonction de l’âge, ou des affinités. Chacun porte un badge à son arrivée avec le pronom par lequel on veut être appelé ("he", "she" ou "they" quand on opte pour les deux genres). Ces colonies sont ouvertes à tous et offrent également une éducation sur l’identité, les rapports hommes-femmes.

Former la future star de YouTube ou de la Nasa...

À lire aussi
Tourisme : la fréquentation à Paris a baissé de 95% vacances d'été
Coronavirus : le tourisme dans l'Hexagone sauvé par les Français cet été

Autre proposition originale : des camps de vacances conçus pour faire des enfants les futures stars de YouTube. Lors de ces colonies, certaines accessibles à partir de 9 ans, les enfants apprennent comment capturer une vidéo, l’éditer, créer du contenu original, élaborer le test d’un produit. Bref, la promesse de faire de son cher petit un YouTubeur accompli, voire LA future star du web.

On peut aussi faire des initiations à la Nasa, en s’entraînant dans les conditions réelles auprès de vrais astronautes. Mais il existe évidemment des camps de vacances plus classiques, que les enfants enchaînent durant une bonne partie de l’été. 

Le bénévolat : une alternative plus économique

Mais tout ça a un prix. Occuper son enfant pendant les vacances coûte de 1.000 à plusieurs milliers d’euros la semaine pour les camps les plus prisés. Évidemment, tous les enfants n’y ont pas accès. Certaines associations, souvent les églises, très présentes aux États-Unis, proposent des camps nettement plus abordables.

Autre activité qui ne coûte rien : le bénévolat. Il est possible de passer une semaine auprès de sans-abri, dans une association qui lutte contre le cancer ou de développer un projet bénéfique à la société. C’est très populaire aux États-Unis car les jeunes sont tenus à un minimum d’heures de travail d’intérêt général pour avoir leur diplôme du secondaire. Et cela permet de gagner des points en vue de décrocher le sésame pour une prestigieuse université. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vacances d'été Jeunesse Amérique du Nord
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants