2 min de lecture États-Unis

États-Unis : l'Alabama veut castrer chimiquement les détenus pédophiles

L'État de l'Alabama s'apprête à rendre obligatoire la castration chimique pour les personnes condamnées pour pédophilie, avant leur remise en liberté.

Une prison aux États-Unis (illustration)
Une prison aux États-Unis (illustration) Crédit : GEORGE FREY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Marie Sasin
Marie Sasin
et AFP

L'État de l'Alabama fait de nouveau parler de lui. Après avoir promulgué une loi qui interdit la quasi-totalité des interruptions volontaires de grossesse (IVG), l'Alabama s'apprête à rendre obligatoire la castration chimique avant la remise en liberté anticipée des personnes condamnées pour pédophilie. Si la mesure est controversée, elle est déjà en vigueur dans plusieurs autres États américains.

Le Parlement de l'Alabama, dans le sud des États-Unis, vient d'adopter une loi qui impose à tous les détenus âgés de plus de 21 ans et condamnés pour une agression sexuelle sur mineur de moins de 13 ans de prendre des médicaments diminuant leur niveau de testostérone avant toute remise en liberté conditionnelle.

Ce traitement, qui affecte la libido, devra se poursuivre jusqu'à ce qu'un tribunal juge qu'il n'est "plus nécessaire". Si le condamné l'interrompt de son propre chef, il sera renvoyé derrière les barreaux.

Un traitement payé par les détenus

Le texte, qui doit encore être promulguée par la gouverneure Kay Ivey, prévoit que le détenu paie ce traitement, sauf en cas d'exceptions. Le promoteur de ce texte, l'élu Stephen Hurst, a expliqué vouloir "une punition qui corresponde à la gravité du crime". "Cela devrait servir de mesure de dissuasion", a-t-il espéré sur la radio locale WIAT.

À lire aussi
Des pigeons coiffés comme des cow-boy faits divers
États-Unis : des pigeons coiffés de chapeaux de cow-boy repérés à Las Vegas

La Californie a introduit une mesure comparable en 1996 et a été suivie par plusieurs autres États comme la Floride, la Géorgie, l'Iowa ou encore la Louisiane. Certains États, comme le Texas, proposent également aux détenus de subir une castration chirurgicale, avec l'ablation des testicules.

Une procédure vraiment efficace ?

La procédure fait l'objet d'une controverse scientifique : certains mettent en doute son efficacité, soulignant que les actes pédophiles ne sont pas seulement du ressort de la pulsion sexuelle mais d'un contexte psychologique global. D'autres soulignent que la castration chimique, même si elle est censée être réversible, a des effets secondaires non négligeables, notamment sur l'apparence.

Sur le plan légal, certains défenseurs des droits de l'Homme assurent qu'elle viole la Constitution américaine qui interdit les punitions "cruelles et inhabituelles". Les États-Unis ont par ailleurs mis en place des registres dans les États et au niveau fédéral, recensant toutes les personnes condamnées pour des agressions sexuelles sur mineurs. L'inscription sur ces listes, disponibles sur internet, est parfois à vie et peut porter sur des délits de gravité très variable. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Pédophilie Chimie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants